Free shipping on any purchase of 75$ or more!

samedi, juin 25, 2022

Témoin des attaques à New York, Christian Blanc raconte son 11-Septembre sur Europe 1

-

TÉMOIGNAGE

Il a vu l’horreur de très près. Le 11 septembre 2001, à New York, Christian Blanc, alors président de la filiale française de la banque d’affaires Merill Lynch, se trouvait dans un hôtel au sein du complexe du Word Trade Center. Mais le Français a eu la vie sauve car il était sorti de l’hôtel pour fumer un cigare avant un rendez-vous professionnel. Et c’est depuis une autre tour qu’il assistera à la catastrophe qui allait changer la face du monde. Invité dimanche de Jean-Pierre Elkabbach, il est revenu sur cette journée au micro d’Europe 1. 

Ce jour-là, Christian Blanc avait rendez-vous avec le patron mondial de sa banque. Pour l’occasion, il logeait dans un hôtel niché entre les deux tours jumelles. « Nous avons pris notre petit-déjeuner avec mon adjoint », se souvient-il. « Le temps était magnifique, le ciel azur, et les deux tours semblaient se rejoindre à l’infini. »

« Je vois des fumées de kérosène »

En avance sur l’horaire de son rendez-vous, Christian Blanc décide alors d’aller fumer en bas des tours, fumer étant interdit dans l’hôtel. Puis, il traverse la rue et entre dans la tour de Merill Lynch. C’est lorsqu’il entre dans l’ascenseur que le premier avion percute le World Trade Center. « Je n’entends rien, je monte les 25 étages, et la secrétaire me dit qu’un petit avion de tourisme vient de s’écraser sur la tour nord », raconte l’homme d’affaires. Mais, en tant qu’ancien PDG d’Air France, il comprend que l’incident est d’une autre nature. « Très étonné, je vois des fumées de kérosène, et je me dis que ça ne peut pas être un avion de tourisme ». De la fenêtre, il assiste impuissant au drame qui se joue de l’autre côté de la rue, à plusieurs centaines de mètres de haut, avec des personnes coincées dans la tour asphyxiés par la fumée ou celles préférant se jeter dans le vide. « J’ai le souvenir d’un homme qui, tel un oiseau, s’est propulsé, a étendu les bras et a tenté de planer », se remémore-t-il. 

Des pompiers « qui montaient à la mort »

Après avoir évacué la tour de la banque, l’invité d’Europe 1 croise dans la rue les premiers secours qui arrivent. Mais, face à « ces pompiers qui montaient à la mort », il est étonné par le manque de moyen dont ces derniers disposent. « Ils avaient les habituels outils des pompiers, la hache et des cordes… Ils n’étaient pas du tout prêt à ce qui leur étaient demandé. »

Au milieu des New Yorkais qui assistent, médusés, à la catastrophe, Christian Blanc saisit des bribes de conversations. « J’entendais ‘disaster’ et ‘Ben Laden’… C’était la première fois que j’entendais parler de lui. » 

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici