Free shipping on any purchase of 75$ or more!

mercredi, juin 29, 2022

L’un des grands enjeux du congrs de l’UICN est la prvention des pandmies

-

Le congrs mondial de la nature de l’UICN s’ouvre vendredi 3 septembre Marseille. Maud Lelivre, prsidente du comit franais, prsente les grands enjeux de cette rencontre internationale avant la COP15 Biodiversit.

   

Maud Lelivre
Prsidente du comit franais de lUnion internationale pour la conservation de la nature (UICN)

   

Actu-Environnement: Quel est l’objet du congrs mondial de la nature?

Maud Lelivre: L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est le baromtre de l’tat de la biodiversit dans le monde. Les gens la connaissent surtout par la publication chaque anne des listes rouges des espces menaces. Son congrs a lieu tous les quatre ans et runit 50000personnes. C’est un vnement qui a trois objets. En premier lieu, l’assemble des membres se runit sur des questions de fond. Les participants laborent ensemble des programmes. Car l’UICN, c’est 1400organisations mondiales et 15000experts de trs haut niveau. Parmi les organisations, nous avons deux collges: l’un comprenant les tats et les agences, l’autre les ONG avec, par exemple, le WWF, la Fdration des parcs naturels rgionaux, des associations territoriales en outre-mer, des regroupements du monde conomique comme Entreprises pour l’environnement, ou des ONG ddies un sujet spcifique comme Bird Life. On n’est donc pas seulement sur des ONG de plaidoyer, il y a beaucoup d’acteurs de terrain qui, la fois, pensent, anticipent mais aussi font. En deuxime lieu, l’assemble des membres vote des motions internationales, qui ont vocation tre reprises dans les politiques publiques. Dans les annes 1960, par exemple, l’UICN avait publi un livre rouge sur les espces menaces qui a dbouch sur la cration de la convention internationale sur la protection des espces (Cites). Celle-ci interdit d’acheter ou de transporter des espces en voie de disparition sans certificat. La troisime tape de l’assemble des membres, ce sont les lections. Le congrs permet de voter la nouvelle gouvernance pour quatre ans: le prsident mais aussi le conseil international. Ce dernier dfinit les grands enjeux stratgiques de la biodiversit mondiale et les fait appliquer de faon concrte via les salaris de l’UICN mais aussi en accompagnant les membres dans leur mise en œuvre.

AE: Comment s’articule le congrs de l’UICN avec les COP de la convention sur la diversit biologique?

ML: Les confrences des parties, que ce soit sur le climat, la biodiversit ou la dsertification, les trois COP issues du sommet de Rio, sont des confrences des tats. S’il en ressort de grandes orientations au niveau international, vous n’avez pas forcment d’applicabilit. Or, sur des sujets comme celui de la biodiversit, encore plus que celui du climat, vous avez besoin d’une coopration entre le monde des scientifiques, des territoires et des entreprises. L’intrt de l’UICN, c’est cette convergence d’acteurs d’horizons diffrents. La biodiversit ncessite beaucoup d’actions de terrain, sinon a ne fonctionne pas. Un congrs de l’UICN a souvent lieu avant une COP car il permet de prparer les dcisions. Quand 50 ou 60tats se sont mis d’accord sur un sujet particulier travers une coalition, vous avez d’autant plus de facilit ensuite lors des COP.

AE: Quels sont les grands enjeux du congrs de Marseille?

ML: Il y a un vrai enjeu sur la sant-environnement. Pas cause de la crise de la Covid mais parce que les gens qui travaillent sur ces questions de zoonoses sont persuads de leur urgence et de leur ampleur. Cinq maladies lies la dgradation des habitats ou de l’environnement apparaissent chaque anne. La plupart du temps, elles restent sanctuarises dans certaines zones, mais elles peuvent aussi connatre l’ampleur de la Covid-19. Lors du congrs, au moins trois motions d’urgence porteront sur la question des zoonoses et de la crise sanitaire. L’enjeu, c’est de faire comprendre le lien de causalit. Un exemple des plus parlants est celui du virus Nipah en Malaisie en 1990. Du fait de la dforestation en faveur de la monoculture d’huile de palme, les chauves-souris ont t obliges de fuir. Elles se sont retrouves sur une cte, dans une plantation de manguiers installe au-dessus de fermes industrielles porcines. Alors qu’elles secrtent des virus en cas de stress et les rejettent dans leurs djections, les chauves-souris ont mang les mangues, contamin les cochons qui ont ensuite t exports Singapour. On a cr une zoonose, fort heureusement arrte trs vite. Face cette situation, les mesures prendre concrtement, c’est limiter la dforestation, s’interroger sur l’levage intensif et limiter la mondialisation. Ce sont les ingrdients qui contribuent diffuser les maladies infectieuses. Jusque-l, les experts parlaient un peu dans le vide. Des experts franais avaient prdit la crise de la Covid en 2019: Rodolphe Gozlan de l’Institut de recherche pour le dveloppement (IRD) avait dit que les deux endroits o mergeraient des zoonoses taient l’Ouganda et Wuhan en Chine. Les pathognes ne sont pas distribus par hasard sur la plante. Il y a une cartographie des espces en voie de disparition qui est superposable avec la carte de la dforestation et avec celle des pidmies. Il faut prendre cela en compte en amont des politiques internationales. Pourtant, cet enjeu n’aurait pas t entendu s’il n’y avait pas eu cette crise sanitaire mondiale.

AE: Au-del de la sant, quels sont les autres enjeux?

ML: Le deuxime est celui de la relance en phase post-crise. Les fonds ddis la relance ne doivent pas aggraver la situation de la biodiversit. Il faut aussi faire en sorte que 10% des 13000milliards de dollars que les tats vont consacrer la relance soient ddis la nature. C’est une opportunit historique pour avoir des investissements tourns vers des socits qui dpendent moins des ressources naturelles et des combustibles fossiles. Un troisime enjeu, pouss par la France, est de fixer l’objectif de 30% du territoire mondial class horizon 2030. En France, on y sera en 2022. Il faut des zones de protection renforce. Si c’est pour pouvoir faire de la pche industrielle dans n’importe quel parc marin ou de l’agriculture intensive, ce n’est pas un systme de classement efficace. Le quatrime enjeu, c’est, pour nous europens, celui de la Mditerrane. La prsidence franaise de UE devrait permettre d’agir efficacement sur les questions de biodiversit, de pollution, en particulier par les plastiques, et de surexploitation de la Mditerrane.

AE: Quelles sont les motions qui sont en discussion au niveau franais?

ML: Au-del de ces grands enjeux, nous avons, au comit franais de l’UICN, un certain nombre de dbats et de motions qui restent en discussion. Parmi ceux-ci, figurent la rduction de l’impact de l’industrie minire sur la biodiversit, le renforcement de la protection des forts anciennes en Europe, le renforcement de la protection des mammifres marins avec des zones de protection renforce, la planification de l’espace maritime, ainsi que l’thique avec la raffirmation des liens entre l’homme et la nature.

AE: Quel est l’enjeu de cette dernire motion sur l’thique?

ML: L’ide est de redfinir un certain nombre de valeurs et d’enjeux communs au sein de l’UICN permettant d’avoir des lignes directrices sur qui peut adhrer, qui peut participer, quelles coalitions avoir avec le monde conomique. Il faut agir sur le plan des grandes industries. C’est le message que doit envoyer l’UICN. Je suis assez convaincue que le monde conomique est en train de bouger. Les dbats prparatoires au plan franais avec des grands acteurs comme le Medef, Aroports de Paris ou les chefs d’entreprises marseillais, ont montr qu’ils avaient conscience de l’urgence. Pas toujours pour des raisons philanthropiques mais parce que les ressources en matires premires sont menaces ou parce qu’il y a un vrai risque de responsabilit.

AE: Que rpondez-vous ceux qui critiquent l’approche de protection de la nature retenue par l’UICN qui oublierait les peuples autochtones?

ML: Les peuples autochtones sont pour beaucoup parties prenantes de l’UICN. Il y a 247organisations qui les reprsentent ou traitent de la question. Un sommet des peuples autochtones, prpar depuis quatre ans, va avoir lieu en virtuel pour des raisons culturelles mais surtout sanitaires. Par ailleurs, aprs ce congrs, il y aura un sige particulier ddi aux peuples autochtones parmi les siges du conseil mondial.

AE: Le lien biodiversit et changements climatiques est-il plus prgnant que jamais?

ML: Nous sommes convaincus depuis des annes que le lien est troit. Une partie des causes des deux crises sont communes. Lorsque vous dforestez, vous perdez de la biodiversit mais aussi de la captation de carbone. Nous avons salu le rapport commun entre le Giec et l’IPBES publi en juin. Dans les annes venir, il faudra avoir des rapports d’valuation rcurrents des deux instances. Les sujets sont lis. Par contre, c’est une fausse bonne solution de penser que lorsqu’on agit pour le climat, on protge la biodiversit. L’inverse est en revanche plutt vrai. Il est aussi important que des fonds soient spcifiquement consacrs la biodiversit.

AE: Attendez-vous des annonces particulires du prsident de la Rpublique qui va ouvrir le congrs?

ML: Lors du One Planet Summit en janvier 2021, Emmanuel Macron avait annonc un certain nombre de rendez-vous qui devaient avoir lieu lors du congrs de l’UICN. C’tait le cas pour l’initiative Mditerrane, pour la coalition de lutte contre les zoonoses et de l’action en matire de dforestation importe. Nous souhaitons avoir un point d’tape sur ce qui a t initi et a fait l’objet de beaucoup d’espoir, avec un clairage sur les avances franaises. Au-del, nous avons des attentes trs fortes. On pourrait saisir l’opportunit, avec ce congrs en France puis la prsidence franaise de l’UE, d’avancer sur la question agricole: rforme de la PAC, interrogations sur les modes de culture de demain, usage des pesticides, etc.

Liste rouge de l’UICN: 31 espces dclares teintes (article paru le 11/12/2020) C’est l’arbre qui cache la fort. Si le bison d’Europe va mieux selon l’actualisation de la liste rouge des espces menaces de l’UICN publie le 10 dcembre, 31 espces sont en revanche dclares teintes.
Parmi ces espces disparues figurent le… Lire la news
L’lphant et la girafe sortent renforcs de la confrence sur le commerce des espces menaces (article paru le 28/08/2019) Des animaux emblmatiques tels que l’lphant et la girafe voient leur statut renforc par la Cites, dont la 18e confrence s’est acheve ce mercredi 28 aot Genve. Des espces plus discrtes comme le concombre de mer gagnent aussi en protection. Lire la news
Biodiversit: la COP 15 en Chine de nouveau reporte avril 2022 (article paru le 19/08/2021) En raison de la pandmie de la Covid-19, la 15e confrence des parties la convention sur la diversit biologique (COP 15) est de nouveau reporte. Elle aura lieu en avril 2022 Kunming en Chine. Elle devait initialement se tenir en octobre 2020… Lire la news
Le problme ne vient pas des espces animales mais des changements environnementaux issus de nos activits (article paru le 24/03/2020) Alors que l’pidmie de Covid-19 fait rage, Camille Lebarbenchon explique comment les pressions humaines sur la biodiversit favorisent l’mergence de zoonoses et augmentent le risque de catastrophes sanitaires. Lire la news
Covid-19 et biodiversit: une synthse des connaissances scientifiques en vue d’agir (article paru le 20/05/2020) Les avis d’experts sur les liens entre pandmies et biodiversit se sont multiplis. La Fondation pour la recherche sur la biodiversit publie une solide synthse des connaissances scientifiques, qui peut servir de base l’action publique. Lire la news
Biodiversit: le parent pauvre du plan de relance (article paru le 07/09/2020) L’excutif annonce 2,5 Md€ en faveur de la biodiversit, de la lutte contre l’artificialisation et de la transition agricole. Mais dans cette somme figurent des aides la construction ou l’agriculture intensive. Lire la news
Une stratgie pour atteindre l’objectif de 30% d’aires protges en 2022 (article paru le 13/01/2021) Dans la foule du One Planet Summit, l’excutif publie sa nouvelle stratgie pour protger 30% du territoire national d’ici deux ans. Le degr de la protection et les moyens allous posent question. Lire la news
Maud Lelivre lue la tte du comit franais de l’UICN (article paru le 21/12/2020) Les membres du comit franais de l’UICN ont lu Maud Lelivre la prsidence de l’association et dsign un nouveau bureau. Une quipe charge de mobiliser avant le Congrs mondial de la nature de Marseille. Lire la news
Climat et biodiversit doivent dsormais tre abords ensemble (article paru le 10/06/2021) Pour la premire fois, le Giec et l’IPBES ont men un travail commun sur les liens entre changement climatique et effondrement de la biodiversit. Anne Larigauderie explique ces liens et les solutions communes mettre en œuvre. Lire la news
Biodiversit et climat: Emmanuel Macron la relance (article paru le 11/01/2021) Le prsident franais a accueilli la 4e dition du One Planet Summit en vue d’acclrer l’action internationale en matire de climat et de biodiversit. Plusieurs coalitions sont lances avant une nouvelle anne dcisive. Lire la news
Une nouvelle politique agricole commune aux ambitions limites (article paru le 29/06/2021) Pour les plus ambitieux, la dception est grande. Mais la nouvelle politique agricole commune qui entrera en vigueur en 2023 devrait toutefois faire bouger les lignes du ct des modles agricoles classiques. Un petit pas, loin d’une rvolution. Lire la news

Article publi le 01 septembre 2021

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici