Free shipping on any purchase of 75$ or more!

lundi, juin 27, 2022

à Kaboul, un calme artificiel et une population dans la crainte

-

Margaux Benn, correspondante à Kaboul, édité par Mathilde Durand avec AFP
08h39, le 30 août 2021

Depuis la reprise en main de l’Afghanistan par les talibans, la situation est tendue à Kaboul, notamment autour de l’aéroport. Dans le reste de la ville, sous un calme apparent, la peur de la population est palpable. Certains se cachent, d’autres craignent le harcèlement de quelques chefs fondamentalistes. Reportage de notre correspondante sur place.REPORTAGE

La tension monte d’un cran dans Kaboul, en Afghanistan, à l’approche de la date fatidique du 31 août. Ce mardi, les trois cents derniers soldats américains sur place devraient avoir quitté l’aéroport. Autour de la structure, la situation reste instable : des tirs de roquettes ont été entendus ce matin, confirmés ensuite par Washington. Depuis leur reconquête du pouvoir, les talibans gèrent désormais la capitale. Sur place, dans les rues de la ville, derrière le calme apparent, la population vit dans la peur, comme l’a constaté notre correspondante. 

Les commerces ont rouvert et l’ordre règne, mais le calme des rues de la ville est artificiel : de nombreuses personnes se cachent, craignant d’être assassinées ou menacées par les nouveaux maîtres de l’Afghanistan. D’autres ne sont pas directement menacés, mais savent que les talibans peuvent commettre des abus sur la population civile et se méfient.

Certains chefs harcèlent la population

Il y a quelques jours, alors que nous marchions dans la capitale avec son traducteur munie d’une lettre officielle signée par un responsable des talibans autorisant ce déplacement professionnel, ils ont été malmenés à un checkpoint. Le traducteur afghan a été roué de coup, et ils ont dû prendre la fuite face à ce comportement hostile. Il y a toutes sortes de petits chefs de checkpoints, de petits commandants talibans qui profitent de leur pouvoir pour harceler la population.  

Les talibans ont rejetés l’idée d’une « zone sécurisée » à Kaboul pour continuer les opérations humanitaires, montrant encore des signes d’ouverture et assurant que les Afghans pourraient voyager librement. La France et le Royaume-Uni comptent néanmoins plaider pour une telle initiative ce lundi à l’ONU. 

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici