Free shipping on any purchase of 75$ or more!

samedi, juin 25, 2022

À l’international, le retour des talibans en Afghanistan inquiète

-

« Je suis le quatrième président à gouverner avec une présence militaire américaine en Afghanistan (…) Je ne veux pas, et je ne vais pas, transmettre cette guerre à un cinquième », a lancé Joe Biden. Le président américain a défendu dimanche sa décision de mettre fin à la guerre la plus longue qu’ait connue les Etats-Unis. Vingt ans après avoir été chassés du pouvoir, les talibans sont entrés dans Kaboul dans la soirée. Dès le retrait des troupes américaines, à partir du mois de mai, les talibans se sont lancés dans une conquête éclaire du pays, prenant en l’espace d’une dizaine de jours les principales villes du pays.

« Ceci n’est pas Saïgon », a assuré le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken sur CNN, évoquant la chute de la capitale vietnamienne, en 1975, un souvenir encore douloureux pour les États-Unis. Mais la pilule est amère pour Washington dont l’image en ressort profondément écornée et qui déplore 2.500 personnes tuées, ainsi qu’une facture de plus de 2.000 milliards de dollars

Le Royaume-Uni appelle l’Occident à adopter « une position commune »

Au Royaume-Uni, ces derniers jours ouvertement critique concernant son allié américain, le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé les Occidentaux à adopter « une position commune » face aux talibans « pour éviter que l’Afghanistan ne redevienne un terreau pour le terrorisme ». Boris Johnson a même convoqué les députés au Parlement, mercredi, malgré la pause estivale pour évoquer le sujet. Le premier ministre, qui devait prendre des vacances cette semaine, a été obligé d’organiser une réunion d’urgence dimanche dans l’après-midi.

En France, le gouvernement est également inquiet face à l’arrivée des talibans. Emmanuel Macron conduira lundi midi un Conseil de défense en visioconférence puis il s’exprimera à 20 heures sur la situation en Afghanistan. Ces trois pays ont envoyé des renforts militaires pour faciliter l’évacuation de leurs ressortissants civils et diplomates.

L’inquiétude grandissante en Inde

Les Indiens, également affectés, ont vécu une étrange journée dimanche : ils célébraient les 75 ans de leur indépendance tout en regardant avec effroi le gouvernement afghan s’effondrer. Mais pourquoi une telle attention ? L’Afghanistan est un pays voisin et ami dans lequel l’Inde a investi pas moins de 3 milliards de dollars, estime The Indian Express, avec la construction d’infrastructures importantes comme le Parlement afghan ou encore le barrage de l’amitié Indo-afghan. Tout est désormais tombé aux mains des talibans.

L’objectif était d’assurer une gouvernance stable sur les flancs ouest du Pakistan. L’ennemi juré, qui est accusé par le Time Of India, comme la plupart des titres en Inde, d’avoir soutenu les talibans en sous-main pour nuire à l’Amérique et bien sûr, à l’Inde. La colère est grande contre le voisin, avec la peur qu’en Afghanistan, taliban accentue les risques terroristes. 

L’ONU « préoccupé par l’avenir des femmes et des filles »

Enfin, la conquête de Kaboul par les combattants du mouvement fondamentaliste a également été commentée par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. Il a appelé dimanche les talibans et toutes les autres parties afghanes « à la plus grande retenue ». Les talibans sèment déjà la terreur dans les zones conquises : meurtres de civils, décapitations, enlèvements d’adolescentes pour les marier de force, entre autres.

We watch in complete shock as Taliban takes control of Afghanistan. I am deeply worried about women, minorities and human rights advocates. Global, regional and local powers must call for an immediate ceasefire, provide urgent humanitarian aid and protect refugees and civilians.

— Malala (@Malala) August 15, 2021

« Le secrétaire général est particulièrement préoccupé par l’avenir des femmes et des filles, dont les droits durement acquis doivent être protégés », a également dit l’ONU dans un communiqué. La militante pakistanaise pour les droits des femmes réfugiée au Royaume-Uni et prix Nobel de la paix, Malala Yousafzai, s’est également alarmé. La jeune femme explique regarder en état de choc ce qui se passe dans ce pays et partage sa profonde inquiétude pour les femmes, les minorités et les défenseurs des droits humains. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir lundi pour débattre de la situation en Afghanistan. Cette réunion, au cours de laquelle Antonio Guterres fera un rapport, se tiendra à 14 heures, à New-York.

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici