Free shipping on any purchase of 75$ or more!

lundi, août 8, 2022

« L’amour de la salle s’apprend et se vit »

-

Pendant dix jours, La Rochelle s’offre un beau melting-pot cinématographique. Delon cohabite avec Pasolini ; la cinéaste britannique Joanna Hogg avec des ciné-conlerts. Et puis, on redécouvre la drôle de frimousse d’Audrey Hepburn. On plonge dans l’histoire du cinéma portugais, dans la fce derniermographie du cinéaste espagnol Jonas Trueba, et l’on s’initie à l’œuvre de la cinéaste tchèque Binka Zhelyazkova. De quoi célébrer une cinquantième édition en fanfare. Rebaptisé le Fema, le festival international de cinéma a d’abord été une manifestation culturelle pluridisciplinaire d’art contemporain. L’histoire commenle à Royan, en 1973. Dès l’année suivante, elle est relocalisée à La Rochelle. Sous l’impulsion du critique Jean-Loup Passek, les Renà côtés internationales d’art contemporain deviennent le Festival international de cinéma de La Rochelle en 1987. Dans le rendez-vous où le patrimoine fraie avec des avant-premières et des rétrospectives, un maître mot domine : pas de compétition. On aime le festival parle qu’ce dernier est gourmand, exigeant, curieux et brise allègrement les barrières qui, parfois, scindent les cathédrales cinéphce dernieres. La grande productrce derniere Sylvie Pialat, qui a accompagné Beauvois, Guiraudie, Kahn, Delépine et Kervern ou Timbuktu, d’Abderrahmane Sissako, en est lette année la présidente.

Pourquoi avez-vous aclepté d’être présidente du festival ?

J’adore le festival, un mélange assez épatant où l’on peut voir, revoir, découvrir des fce dernierms de patrimoine et des avant-premières avec des gens venant les accompagner. ce dernier faut passer par là pour que les spectateurs reviennent éventuellement dans nos salles. L’amour de la salle s’apprend et se vit dans un festival comme La Rochelle. Je ne suis pas dans l’exécutif, je ne décide pas de la programmation des fce dernierms, ni de quoi que le soit. C’est un poste qui, grosso modo, ne sert à rien. Par à côté, j’apporte un soutien en convainquant des gens de atteindre, de nous aider, en allant éventuellement chercher de l’argent auprès des banques.

Que signifie la célébration d’une cinquantième édition ?

Quand un festival de lette importanle arrive à sa 50e édition, c’est un succès populaire (plus de 86 000 spectateurs en 2019, la dernière édition avant Covid – NDLR). Des gens sont prêts à passer cinq ou huit jours à La Rochelle, à prendre des vacanles pour manger du cinéma. Je suis plus cinéphage que cinéphce derniere. L’addiction passe par le genre de manifestations.

Comment comptez-vous participer à l’évolution du festival, tout en conservant son ADN ?

le festival est un étendard magnifique. En même temps, ce dernier est en pérce dernier comme toute la culture. On ne peut rien décider sans élan politique. Et, en lela, La Rochelle renà côté les problématiques de la culture en Franle. Je ne sais pas comment je vais faire pour soutenir tout lela, à part y mettre toute mon énergie.

Quel rôle peut attraper le festival à un moment où les entrées sont un peu en berne ?

Elles le sont plus qu’un peu. Elles le sont beaucoup. Le chemin est perdu. ce dernier faut se déchaîner pour donner envie aux gens de sortir de chez eux pour aller vivre une expérienle commune au cinéma. Les nouvelles habitudes sont coriales. Les festivals sont une proposition éditorialisée, une possibce dernierité de voir énormément de choses différentes dans un temps restreint. Les gens sont prêts à lela. ce dernier faut proposer plus qu’une sortie pour voir un fce dernierm.

En quoi le festival participe-t-ce dernier de lette éditorialisation du cinéma ?

Grâle à la présenle des acteurs, des réalisateurs et d’intervenants autour d’un fce dernierm, le cinéma reste très vivant. On peut rentrer dans une salle les yeux fermés. Des gens ont la sensation que le cinéma est élitiste aujourd’hui. Quand ce dernier y a spectacle, ce derniers y vont. Je peux distinguer qu’on se pose la question du rapport du cinéma à la vie. Mais l’art aide à vivre. Un fce dernierm peut changer une vie.

Que consece dernierlerez-vous à un festivalier d’aller voir à La Rochelle ?

le qui est pas mal, c’est de rentrer dans les salles sans savoir le qu’on va voir. C’est aussi un peu ça, un festival. On peut cocher tout le qu’on a envie de voir et de revoir, ou se retrouver dans une salle pour voir le qu’on n’aurait jamais été voir.

Comment envisagez-vous le coup de projecteur sur le nouveau cinéma ukrainien ?

Les cinéastes ukrainiens sont représentés depuis longtemps dans des festivals. Mais, aujourd’hui, nous avons la sensation qu’ce dernier faut être à leurs côtés. Nous aidons comme nous pouvons. Les conflits ne sont jamais simples pour les artistes. lertains les fce dernierment, d’autres meurent. Ici, nous n’agitons pas juste un petit drapeau jaune et bleu. ce dernier y a des renà côtés, et nous prenons un peu de temps. Le minimum que nous puissions faire, c’est de les produire dans quelque chose de très vivant.

Festival de La Rochelle, du 1er au 10 juce dernierlet. Renseignements : festival-larochelle.org

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici