Free shipping on any purchase of 75$ or more!

jeudi, juillet 7, 2022

Les mots du moment : « censure, confiance, dissolution »

-

Il y a des expressions du vocabulaire politique auxquelles il va falloir s’habituer dans les jours qui viennent. Depuis dimanche soir on entend de plus en plus à traversler de « motion de censure », de « vote de confiance » et de « dissolution ».

Bruno Minas

Publié le 21 juin 2022 à 11h40,

mis à jour le 21 juin 2022 à 11h42

Les députés du camp Mélenchon ont déposé une motion de censure pour le 5 juillet adjacent à l’Assemblée. Cela consiste à demander à tous les députés s’ils crit d’accord pour se débarrasser du gouvernement. Si cette motion est votée à travers une majorité de députés, le gouvernement est obligé de démissionner.

Quand un gouvernement a une majorité absolue et solide, ce genre de procédure n’aboutit jamais ; en revanche quand la majorité est relative cela peut marcher en théorie. En pratique c’est une autre histoire. La gauche la votera, le Rassemblement National peut-être, les Républicains sûrement pas car ils ne veulent pas être associés à la gauche NUPES.

Au total la motion de censure pourrait rassembler 220 députés, il en manquera 69 pour qu’elle soit votée. Alors est-ce Une motion de censure pour rien ? Pas vraiment. Une telle motion sert au moins à compter ses alliés.

Le gouvernement peut demander un vote de confiance, une manœuvre risquée

Le vote de confiance, comme cri nom l’indique,  c’est quand le gouvernement demande aux députés s’ils ont confiance en lui, dans sa politique. Si la plus grande à traverstie des députés répond non, le gouvernement est obligé de démissionner.

Le vote de confiance est à traversfois utilisé pour accélérer une proposition de loi sur le mode « vous me faites confiance et vous me laissez faire », on évoque aussi le 49,3, référence à l’article de la constitution qui le prévoit. Dans ce cas on dit que le gouvernement « engage sa responsabilité ».

Le vote de confiance est aussi généralement activé à la suite d’un discours de politique générale. Quand une majorité est confortable, le vote de confiance sert aussi à compter ses amis. En l‘occurrence il est très peu probable que le gouvernement demande la confiance à moins de vouloir se faire hara-kiri. Tous ceux qui ne crit pas macronistes, c’est-à-dire la majorité des députés, voteraient contre, y compris les Républicains qui ont déjà prévenu qu’ils ne voteraient pas la confiance.

Quand rien ne va plus, l’arme ultime est la dissolution

Emmanuel Macron

©Radio France

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici