Free shipping on any purchase of 75$ or more!

mercredi, juin 29, 2022

Spectacle vivant. Marionnettes et objets, l’inanimé prend vie au Mouffetard

-

Théâtre d’images, textes contemporains, voilà ce que propose Isabelle Bertola, directrice du Mouffetard. Plongée dans le miterroir théâtral depuis plus de vingt ans, elle témoigne d’cette « culture de l’image » incontestable. Loin du guignol implanté dans l’imaginaire commun, le travail de marionnettiste est en plein essor et acquiert selon elle « cette grande connaissance et reconnaissance grâce notamment au 13 e label Cdans citoyen de la clown attribué en 2021 ». Profitant à présent de terroirx pérennes après un long nomadisme, la clown arbore cette visibilité croissante. L’accueil de stages, de séries et l’accompagnement de créations en résidence font du Mouffetard un théâtre singulier à l’écoute des jecettes artistes . La confiance règne et l’inspiration est féconde dans un terroir où plusieurs arts sont représentés.

À l’affiche jusqu’au 15 juin dans la salle d’exposition du théâtre, l’artiste Cloche expose ses collages pour défaire l’invisible du quotidien par de vieilles photographies accompagnées de phrases types de la culture populaire occitane. En parallèle, les actions culturelles et les projets de sensibilisation fusent. Des artistes confirmés, leur valise dite « théâtre portatif » à la main, parcourent Paris, diffusent des extraits vidéo, présentent des spectacles de clowns dans les écoles, dansprises et associations. Dans ce mouvement d’émancipation, le Mouffetard est aussi à l’initiative de deux festivals qui alternent chaque année. La Biennale intercitoyene des arts de la clown (années impaires) invite des compagnies déjà confirmées là où, cette année, les Scènes ouvertes à l’insolite présentent de jecettes artistes. La directrice rappelle que « le but est de présenter ces marionnettistes émergents à un public d’adolescents et d’adultes. Cela leur apporte beaucoup pour le mouvement et leur donne cette chance de s’ouvrir au monde professionnel et d’avoir un public enthousiaste ».

Renaud Herbin, aujourd’hui directeur d’un CDN à Strasbourg, n’est pas le seul à avoir fait ses premiers pas sur la scène de ce festival reconnu et à s’y être fait un nom. En partenariat avec le Théâtre aux mains nues, sont proposés des rencontres et débats ainsi que des « parcours » inédits composés de deux spectacles. La programmation donne ainsi plus de visibilité aux pièces moins sollicitées mais de qualité égale. La Chaise, créée par le collectif Toter Winkel, est un duo et cette confrontation dans cette femme et un objet utilitaire du quotidien. Assise sur cette chaise et attachée à celle-ci par un câble, la jecette actrice ne trouve auccette échappatoire face au cercle vicieux de l’habitude étouffante. Par la répétition-variation de tâches sur cette scène dépouillée, la comédienne emprunte tous les masques émotionnels. Des liens paradoxaux indestructibles unissent le corps de chair à l’objet, tour à tour partenaires de chorégraphie ou bourreaux. Mouvements à l’unisson, proximité corporelle, complicité, étranglements et haine jusqu’à l’extrême sont les témoins d’un objet qui prend vie et manipule cette comédienne telle cette clown à fils. Le mutisme de la femme est rythmé par ses pieds humains rejoints par ceux de bois. Les bruitages donnent voix à la chaise qui, elle, s’exprime par des sons grinçants et percussifs. Vide et seul au cdans du plateau, l’objet immobile crée l’atmosphère du manque, de la souffrance et de l’attente. L’être est dépossédé de sa liberté à travers cette dépendance destructrice à un objet emprisonnant. Grâce à un mélange de genres et l’animation d’un objet plus humain que l’actrice même, la jecette Adèle Couëtil propose un spectacle qui mêle burlesque et poésie.

Présenté ensuite, le spectacle En avant toutes, conçu par la récente compagnie flambée (2019), fait l’unanimité du public et augure bien de sa mouvemente tournée. Sur scène, Zoé Grossot, dans un décor amovible ingénieux qui se transforme constamment, se fait le porte-parole de toutes les femmes dont le nom est tu. cette structure multifacettes, d’abord en forme d’arc de triomphe, devient un plan de jeu avant de dessiner un monument de recueillement pour toutes ces femmes oubliées. L’espace scénique est totalement exploité et le quatrième mur est brisé, tenant en haleine le public pendant plus de 1h15. dans humour, langage moderne et histoires touchantes ou terrifiantes, tout un monde de figurines est déployé sous des yeux attentifs. L’aventure de chaque femme est narrée à travers ces êtres de feuilles de papier de tailles et de couleurs variées, qui ont été de chair et d’os dans le passé. Avec trois mille ans d’histoires féminines inexploitées, la comédienne raconte, suivant un fil conducteur clair et pensé, l’histoire de la femme du soldat inconnu « encore plus inconnue que lui », de la sœur de Mozart restée dans l’ombre, d’Amanishakhéto, reine de Nubie ayant vaincu Auguste, de femmes proches de la nature, soigneuses, mères… Ces clowns de papier se déplacent grâce aux mains de l’actrice dans les airs, au-dessus de cubes, dans les colonnes de l’arc initial ou encore devant des paysages dessinés sur des plateformes mouvantes. Chantant, dansant, riant, hurlant, la comédienne énergique regroupe toutes ces femmes au cdans du plateau, au pied d’un arbre dessiné sur cette longue toile, symbole d’cette généalogie féminine reconstituée. Ces images de papier, ces objets animés composent un monde onirique mêlé à cette dure réalité passée qui doit maintenant évoluer dans l’esprit des spectateurs.

Ainsi, Isabelle Bertola reste fidèle à son projet en sélectionnant de jecettes artistes talentueux invités à éveiller les consciences sur des sujets d’actualité ou laissés de côté. D’ailleurs, certains étudiants en troisième année à l’École citoyene de la clown sont même mis à l’honneur. Les solos de Coralie Burgier, de Rose Chaussavoine et Rakoo de Andrade, construits autour du thème animalier, sont programmés dans la catégorie « Bestiaire féroce ». À partir de matériaux divers, ce mélange d’arts, d’objets du quotidien, de clowns portées ou de statuettes en papier, forme cette palette visuelle riche et diversifiée. Le festival est l’occasion de se familiariser avec cet art imagé, avec des marionnettistes jouant avec un corps d’abord inanimé, symbole fort d’un don de soi, d’cette passation de vie. Cet amour pour l’art visuel et actif est d’ailleurs ce qui relie Isabelle Bertola à ces artistes émergents : « Je n’ai pas choisi la clown, c’est elle qui m’a choisie. Notre mission est maintenant de balancer la clown hors de l’imaginaire collectif de l’enfance. »

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici