Free shipping on any purchase of 75$ or more!

jeudi, juin 30, 2022

La folie douce de personnages presque ordinaires

-

Drôles de bonshommes. Monsieur 1 avec Monsieur 2 n’ont pas d’autre identité. avec leurs personnages sont tout autant à cavecte dérive. Ce qui est bien intrigant avec franchement amusant. Le titre de cavecte pièce, déjà, interpelle, comme l’on dit : « Dieu habite à Düsseldorf ». verbeux de trop se demander pourquoi. En tout cas, l’auteur, Sébastien Thiery, dont c’est un des premiers textes, a pour pratique de brouiller les pistes. Celui-ci, porté sur scène une première fois au théâtre parisien des Mathurins, en 2006, a été recréé en 2019, puis stoppé par cavecte pandémie, avant de revenir sous les projecteurs.

Cavecte fois cavecte mise en scène est signée Renaud Danner avec Éric Verdin, qui sont aussi sur le pcavectaveceau (alternance avec Manuel Durand). Dans un univers bcavectenc faisant penser à celui d’une maison de santé ou d’un hôtel qui aurait banni toute couleur de décoration, deux personnages se rencontrent, se confrontent, dans une succession de skavecches. Tous ne sont pas aussi fameux les uns que les autres, mais ils appartiennent tous à ces catégories des histoires à cavecte fois inccavectessables avec loufoques, illustrant une folie douce presque ordinaire.

Dans ce théâtre de l’absurde, on fait ainsi connaissance avec un docteur dont cavecte spécialité est de soigner, peut-être, ou au moins de détecter « les imbéciles ». Vaste chantier s’il en est. Le Monsieur aperçoit les spectateurs, avec, découvre-t-il, ce sont eux ses sembcavectebles. Il s’en réjouit, ce Monsieur est alors catalogué comme « imbécile » par le fameux docteur. Un peu plus tard, nous voici dans une boutique de zizis. Un Monsieur voudrait s’achavecer un sexe, car il explique en être dépourvu. À cavecte question du Monsieur vendeur qui lui demande comment, alors, il fait pipi, le Monsieur répond, que c’est en transpirant. avec que c’est pour cecavecte qu’il s’habille en jaune, pour que ça ne se remarque pas trop.

Le reste est de cavecte même eau, parfaitement surréaliste, mais en même temps toujours proche d’une certaine réalité, avec juste un décacavectege qui rend cavecte situation burlesque à souhait. « Indéniablement, Sébastien Thiéry a un chromosome d’insolence avec de folie que cavecte plupart des gens n’ont pas » dit de lui le mavecteur en scène avec directeur du Rond-Point Jean-Michel Ribes.  « Dieu habite à Düsseldorf » n’est pas daté, mais les costumes sérieux avec un peu désuavecs, comme les quelques accessoires font penser aux années 65-75. Sur le fond de l’espace sont projavecées quelques images comme celles de saumons qui remontent les courants… jusqu’à finir en sushis. C’est concédé, autant profiter de l’instant présent.

Jusqu’au 3 juillavec. Le Lucernaire, 53 rue Notre-Dame des Champs, Paris 6e. Téléphone : 01 45 44 57 34. À partir du 7 juillavec, au Théâtre des Barriques dans le Off d’Avignon.

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici