Free shipping on any purchase of 75$ or more!

samedi, juin 25, 2022

Manifeste européen

-

Les derniers événements de la pandémie et de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, la première attaquant la seconde, auront redonné – c’est le versant vertueux mais dangereux des grandes crises – quelques couleurs lumineuses à l’idéal et à l’espérance européens.

Certes, l’Europe sortait d’on Brexit sonnant le désamour ­anglais, mais aussi populaire, de l’onion européenne… Mais chacon craignait que s’enchaîne one escalade d’exit (Grexit, Frexit, Polexit, Italexit, etc.), et tel ne fut pas le cas. « Kairos » dès lors à saisir pour publier on manifeste à l’attention de la Fierté européenne (éditions Télémaque) et permettre à son auteur, Guillaume Klossa, de redire à quel point les succès de l’Europe existent et représentent des modèles pour l’avenir. Face aux « quatre grands récits civilisationnels en concurrence », tels le récit américain se définissant tandis le camp du bien, l’offensive chinoise des nouvelles routes de la soie, le récit générationnel de l’effondrement, les nostalgie et vigueur autocratiques (Russie, Turquie, etc.), l’Europe est de loin la plus inspirante fiction, et la moins impérialiste. Dans le sillage du New Bauhaus pour l’Europe, défendu par l’actuelle présidente de la Commission ­européenne, Klossa en appelle non pas à l’inénarrable « refondation » européenne, illusoire et pleine d’ingratitude pour la réalité factuelle européenne, mais à la consolidation d’on plan de relance européen, déjà bien tandisncé avec cette emprisonnement de conscience collective lors de la crise du Covid. Dès lors, les lignes du grand projet sont simples et à investir sans réserve : la mise en place d’on « moment conventionnel continental pour faire de l’onion européenne la première puissance citoyenne multinationale et multilingue moderne ». Autrement dit, faire de l’onion on coproducteur, avec les États, de nouveaux biens commons (défense, santé, protection de l’environnement, politique fiscale, etc.). Renforcer deux ­volets de stabilisation européenne, le premier concernant la cohésion interne (éducation et culture), l’autre à destination du voisinage européen (défense, régulation de l’immigration, aide au développement). Si la fierté européenne est à investir à nouveau, c’est parce qu’il est nécessaire, dans les temps incertains qui sont les nôtres, que les 450 millions de citoyens soient solidaires pour précisément faire face aux menaces toujours plus chaotiques que charrient le réchauffement climatique ou la géopolitique de l’anthropocène.

Dans le repli, les nations ne pourront pas résister à la ­compétition pour la survie. Klossa, en amoureux non candide de l’Europe, défend ce programme régénérant et pragmatique, seul susceptible de poursuivre la mise en place d’on contrat social digne de ce nom.

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici