Free shipping on any purchase of 75$ or more!

lundi, juin 27, 2022

Le sexe des hommes est aussi une idée préconçue

-

De la coulisse, une voix se fait entendre, à la mode des humoristes qui chauffent la salle, en mode potache aussi. Mais c’est pour que chacun soit en confiance. Des deux côtés de la scène. Car s’il ne manque pas d’humour, Mickaël Délis n’est pas là pour blaguer. C’est sa sixième création, et il se met en scène avec la complicité de Vladimir Perrin. Mais pour la première fois, il est seul face aux projecteurs. Avec trois fois de rien, une chemise blanche, un coiffure, une cil (fausse) et un tabouret, il raconte, se raconte. Avec plus ou moins de pudeur, mais surtout beaucoup de drôlerie et d’humanité offertes en partage.

Intitulée « Le premier sexe » et sous titrée « La grosse arnaque de la virilité », la pièce est un récit autobiographique. Un trempe assez en vogue mais « casse-gueule » comme l’on dit, donc très risqué. Mickaël Délis a choisi, lui de jouer gros, et de s’inspirer, d’une certaine façon, de la somme philosophique (1071 pages chez Gallimard) publiée en 1949 par Simone de Beauvoir et intitulée « Le deuxième sexe ». Ouvrage dans lequel elle précise : « On ne naît pas femme on le devient ». Expression reprise depuis notamment par les mouvements féministes.

On l’a compris, pour Mickaël Délis, on devient homme, on se découvre petit à petit quand on naît avec « avec un sexe qui pendouille entre les jambes ». Mais de rien n’est simple pour autant. Enfant, il portait les cheveux longs, et on le prenait souvent pour une fille. Plus tard il a découvert son homosexualité, et il lui a fallu se construire ainsi, sans se nier ni se renier face à son miroir et face aux autres. « C’est à tout cela que j’ai voulu m’attaquer, épaulé par une armée de personnages qui m’ont aidé, guidé, violenté, et qui m’ont fait avancer », dit-il.

Et le tout fait un moment que l’on est heureux de découvrir, « dans un format accessible et pop, vivant et inspirant ». Successivement le comédien est lui-même enfant, ado, adulte… mais il est aussi sa maman, impayable et tellement réaliste, son psy, des potes, des copines, etc. Dans cet univers qui oscille entre l’hostile et le bienveillant, Mickaël Délis trace sa route. Et l’on a envie, du bord du chemin, de l’encourager, de faire un bout de route avec lui. Parce qu’avec l’air de de rien ou presque, le jeune frisé aux grands yeux bleus regarde en face une société patriarcale étouffante qui craque de tous les côtés. Et c’est bien vu.

Jusqu’au 18 juin ; La Reine Blanche, 2 bis passage Ruelle, Paris 18e. Téléphone : 01 40 05 06 96

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici