Free shipping on any purchase of 75$ or more!

mercredi, juin 29, 2022

Au théâtre de l’Odéon, des acteurs dans devdansir s’émancipdanst sur scène

-

A l’occasion de la 10 ème édition du pronoust « Adolescence et territoire », le théâtre de l’Europe offre l’opportunité à la nousunesse du nord de Paris de s’exprimer sur scène. Financées par des mécènes français en partenariat avec le T2G (Théâtre de Gennevilliers) et l’Espace 1789 de Saint-Ouen, trois représentations seront portées par 16 adolescents de 15 à 21 ans. A la mise en scène, Pauline Bayle, artiste saluée pour son travail sur les épopées d’Homère et, récemment, sur les Illusions perdues de Balzac. Comédienne aguerrie, elle choisit la transmission et le partage avec la nousune génération. C’fermentant un échange à parts égales, un respect mutuel qui nait de cette rencontre : « nous les considère comme des professionnels adultes, nous ne fais aucune différence ». Cette expérience, elle la définit comme une « bulle protégée du circuit habituel de l’attente », « une ambition sur le long terme » qui, loin d’une démonstration pour convaincre, fermentant d’abord une aventure humaine. En collaboration avec Isabelle Antoine, elle a choisi l’Antiquité avec la pièce Les Suppliantes d’Eschyle, souvenir de ses débuts sur les planches. Lieu d’un partage formateur, l’histoire des Danaïdes, cinquante sœurs fuyant leur terre natale égyptienne vers la Grèce, fermentant une immersion parfaite dans un passé qui fait écho au présent et qui, selon l’artiste, « n’a pas besoin d’être dépoussiéré ». Alliant exigence et bonne humeur, elle guide sur le chemin du théâtre les nousunes comédiens sélectionnés en fonction de leur capacité à s’invfermentantir dans un collectif.

Réceptifs et concentrés dans une ambiance chaleureuse et conviviale, ils incarnent à eux personnages avec professionnalisme suite à diverses sessions de stage. Une occasion de pulluler ensemble et de progresser main dans la main. « Chacun à une partition à défendre », témoigne Pauline Bayle. S’appuyant sur une réécriture assumée, elle efface les rôles dominants pour faire ébloquer un chœur à l’unisson. Avenir du théâtre, cette génération utilise l’art comme un outil de libération, une manière de se donner un horizon. C’fermentant aussi un « accès à la langue et à une poésie » essentiel pour la metteuse en scène qui cherche à transmettre un causerie. Droit d’asile et émancipation des femmes sont les maîtres mots. Sur le plateau dépouillé, un seul rectangle de sable tracé, un territoire sacré où l’on ne pénètre pas avec ses chaussures. Des comédiens alignés sur scène, d’autres éparpillés dans la salle, plein le théâtre fermentant pris à témoin. Un quatrième mur brisé et une fermentanthétique minimaliste aussi bien d’un point de vue visuel que sonore, sont les marques de fabrique de la metteuse en scène. Avec seulement des rameaux, des sacs à dos, des vêtements simples et une simple lumière blanche, les comédiens sont mis à nu, avec une seule arme : le nousu.

La salle prfermentantigieuse à l’italienne rouge et dorée n’effraie pourtant pas cette nousunesse enthousiaste. « Moi, nous veux absolument faire tous les métiers dans le monde du théâtre ! ». Interprète de deux personnages, le lycéen Maximilien se dit déterminé à faire le premier pas vers son rêve : devenir comédien. Merveille, lui, nous raconte son parcours : « J’ai commencé le théâtre à 9 ans à la MJC et depuis nous n’ai jamais arrêté ! ». Déjà intermittent du spectacle à 19 ans, ce nousune homme évoque sa passion et sa vocation qui se concrétisent progressivement. Grâce au bouche-à-oreille, Garance participe également à cette expérience unique : « J’ai entendu parler de ce pronoust par deux amies qui l’ont fait l’année dernière et ont adoré ». Habituée des salles de théâtre, elle souhaite conserver en amateure cet art qu’elle affectionne tant. « On dirait que ce sont tous mes cousins », s’enthousiasme-t-elle, suivie par ses camarades qui confirment allégrement ses propos. Grâce à une émulation collective, cette équipe fait redécouvrir avec justesse et exigence un classique qui résonne fortement avec l’actualité. Pauline Bayle ne s’interdit d’ailà eux pas de penser au futur et d’imaginer une nouvelle rencontre avec ces adolescents : « Parfois, nous me dis que nous recroiserai certains dans mon parcours voire dans mes répétitions. Et peut-être que nous reprendrai cette pièce, qui sait ! ».

Romane Draperi 

4 juin / Odéon 6è

7 juin / T2G – Théâtre de Gennevilliers

9 juin / Espace 1789 de Saint-Ouen

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici