Plan massif d’accompagnement des agriculteurs à l’adaptation au changement climatique

Ce plan se traduit dès à présent par une présence des Chambres d’agriculture dans les comités locaux avec un référent sécheresse désigné, afin d’établir un état des endroits des dégâts par département et par filière.

La situation de l’élevage étant particulièrement préoccupante (bilan fourrager au plus bas, risque de décapitalisation du cheptel), les Chambres d’agriculture sont mobilisées dans l’estimation des besoins fourragers. Un bilan fourrager individuel est proposé aux agriculteurs et des dispositifs locaux d’entraide et de solidarité sont mis en place (dons de pailles, utilisation d’espaces verts pour l’alimentation animale, échanges paille-fumier…)

Il est aussi très important que la réforme du dispositif d’indemnisation des calamités soit rapidement mise en place. Le fonds de calamités doit être activé au plus tôt pour aider les agriculteurs.

Ce n’est plus suffisant, il faut faire face au défi majeur et susciter un élan massif de tous les acteurs pour accompagner les entreprises pour plus de résilience. Dans la continuité du Varenne agricole, les Chambres d’agriculture ont réalisé 13 audits nationaux permettant d’évaluer les impacts du changement climatique sur les productions agricoles dans les territoires, avec des déclinaisons par petite région agricole.
Un audit individualisé et adapté à chaque exploitation est proposé à l’agriculteur par le conseiller Chambres, audit global de l’exploitation pour déterminer les points de vulnérabilité et d’en analyser tous les postes : système assurantiel, gestion de l’eau, pratiques culturales, bâtiments …

L’objectif de cette démarche consiste à :

Informer, sensibiliser, identifier les impacts sur le terrain. Faire un audit, des préconisations, proposer un plan d’adaptation et des solutions opérationnelles. Identifier et mobiliser les programmes de subvention avec les différents acteurs (Etat, région, département, collectivité), aides européennes ou nationales.

Des moyens ont d’ores et déjà été identifiés et des actions largement déployées pour contribuer à l’atténuation : réalisation de « Bon audit Carbone » auprès des jeunes agriculteurs, développement de la méthanisation agricole et de l’agrivoltaisme.

« L’urgence, c’est l’adaptation au changement climatique. Il faut embarquer massivement les agriculteurs, les filières et les territoires pour une agriculture plus résiliente et garantir la souveraineté alimentaire. Nous aurons besoin des décideurs publics, Etat, Région, collectivités …, l’objet de nos propositions vise à contribuer à la mobilisation de tous les acteurs. » Sébastien Windsor Président de Chambres d’agriculture France

 

Contact Presse : 

Iris Roze – 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26 – [email protected]

 

Similar Articles

Comments