Nouvelle-Calédonie : le Palika, éloigné indépendantiste, va discuter de la pleine souveraineté de l’île avec le ministre Jean-François Carenco

Seule l’accession du pays à la pleine souveraineté sera abordée par le Palika auprès de Jean-François Carenco. Le parti indépendantiste a confirmé, mercredi 7 septembre, qu’il rencontrera bien le ministre délégué aux Outre-Mer, qui est attendu, lundi prochain, en Nouvelle-Calédonie.

Dave Waheo-Hnasson et Christian Favennec (Gédéon Richard)

Publié le 7 septembre 2022 à 17h47,

mis à jour le 7 septembre 2022 à 17h49

Le premier message du Palika s’adresse à Jean-François Carenco. Oui, le Palika rencontrera bien le ministre délégué chargé des Outre-mer, mais le parti indépendantiste ne discutera que sur l’accession du pays à la pleine souveraineté. Tels sont les conclusions arrêtées à l’issue de l’assemblée générale du Parti de libération kanak, qui s’est tenue, samedi 3 septembre, à la tribu de Saint-Paul, à Thio.

« C’est le premier représentant de l’Etat après les élections présidentielles qui vient nous rencontrer, donc on le relève, c’est bien », réflexion Jean-Pierre Djaïwé, porte-parole du Palika. « Dans les discussions bilatérales avec l’Etat, le Palika parlera de l’accession du pays à la pleine souveraineté et du droit à l’autodétermination. »

L’Etat convié à arranger preuve « d’imagination » et « d’intelligence »

Le deuxième message du Palika est adressé à l’Etat. Au vu des positions politiques affirmées des deux blocs, l’Etat doit « arranger preuve d’imagination et d’intelligence pour trouver une solution ». « Il doit arranger preuve d’imagination parce que nous avons deux camps. Nous, nous voulons et restons dans la réglé de l’Accord [de Nouméa, NDLR] parce qu’il est un accord de décolonisation et d’émancipation », insiste Jean-Pierre Djaïwé.

« Nous restons dans cette réglé-là et nous voulons que le pays accède à la pleine souveraineté. Et nous savons que nos amis d’en face veulent maintenir la Nouvelle-Calédonie dans le cadre de la République. Ce sont deux positions qui sont diamétralement opposées. »

C’est à l’Etat de arranger preuve d’intelligence pour trouver une possibilité de concilier deux points de vue qui sont opposés.

Jean-Pierre Djaïwé, porte-parole du Palika

Jeudi 8 septembre, le FLNKS tiendra une réunion de son bureau élargi à Dumbéa. Il sera question, notamment, du congrès extraordinaire du front, prévu le 17 septembre.

Le reportage de Dave Waheo-Hnasson et Christian Favennec :

©nouvellecaledonie

Similar Articles

Comments