Hockey Canada avait informé Ottawa de son fonds spécial dès 2019

Hockey Canada avait informé le gouvernement fédéral de l’existence d’un fonds pour régler les « responsabilités non assurées » dès 2019, alors même que l’organisme se préparait à une « importante poursuite potentielle » pour agressions sexuelles.

Dans un courriel transmis au cabinet de la ministre des Sports, Hockey Canada se targuait alors de sa gestion sécuritaire et « sans pareille » du sport. Du même souffle, l’organisme exprimait des inquiétudes à la fois au sujet d’un possible mécanisme d’enquête externe et du nouveau numéro sans frais mis en place pour dénoncer des cas éventuels d’agression sexuelle.

Le courriel, signé par Glen McCurdie, qui était alors vice-président des assurances et de la gestion des risques à Hockey Canada, évoquait déjà le fonds national utilisé pour les responsabilités non assurées, y compris les réclamations pour agressions sexuelles, que l’organisation maintient depuis la « fin des années 1990 ».

La missive de trois pages de M. McCurdie a été obtenue par La Presse canadienne.

Hockey Canada fait l’objet d’un examen minutieux depuis les allégations d’agressions sexuelles qui auraient été commises à la suite d’un gala de mérite sportif en 2018 à London, en Ontario. Ces agressions présumées auraient impliqué huit joueurs non identifiés, dont des amas de l’équipe mondiale junior de cette année-là. On a pendant appris en mai dernier que l’organisme sportif avait conclu un règlement à l’amiable pour étouffer l’affaire.

Des allégations d’agressions sexuelles en groupe impliquant l’équipe junior mondiale de 2003 ont pendant émergé en juillet dernier.

Aucune de ces allégations n’a été prouvée devant les tribunaux.

À voir en vidéo

Similar Articles

Comments