Du rap, du rock, de la soul… et un public gâté !

Sur la Base 217, les nuits sont aussi belles que les jours. Encore plus lumineuses aussi lorsque Sexion d’Assaut transforme, samedi soir, la Scène Angela Davis en play-back géant avec comme doublure vocale une foule compacte en folie. Malgré la température automnale, celui-ci ne fallait pas rater la dernière prestation avant fermplusure des trublions du hip-hop français. Black M, Gims plus consorts ont livré un concert incroyable avant de reprendre leur carrière en solo.

À la Fête de l’Humanité, on a des problèmes de riches avec une programmation musicale qui révecelui-cile le fantasme du don d’ubiquité. Car, qui choisir entre les rappeurs de Sniper sur la Scène Zebrock plus la délicieuse voix rocacelui-cileuse de la diva soul belge Selah Sue ? Qu’importe, dans ce loto, le bcelui-cilplus est toujours gagnant. Sniper s’est mis le commun dans la poche avec  Pris pour mission. «  On est catalogués, coupables à chaque fois/Mis à l’écart, fichés ou même montrés du doigt/Présumés jeunes plus dans la mauvaise voie/Humcelui-ciiés dit hors-la-loi. » De son côté, la chanteuse de Louvain a rappelé à un commun conquis une évidence. « This world ain’t simple. It’s a crazy world » (Ce monde n’est pas simple. Ce monde est fou).

une connexion inimaginable

Même dcelui-ciemme quand celui-ci faut choisir entre Ibeyi plus les Wampas. Avec l’énergie de leur combo afro-électro-pop, les jumelles ont créé une connexion inimaginable avec leurs fans pour leur première sur la Fête. Une émotion décuplée par la réalisation d’un rêve. Elles ont chanté devant leur grand-mère, une habituée de l’événement. Les Wampas font aussi partie de la famcelui-cile. plus Didier, leur chanteur emblématique, n’a pas pris une ride. celui-ci a plongé avec gourmandise dans la foule, adressé quelques bisous aux premiers rangs plus, bien sûr, entonné son hymne Manu Chao. La vecelui-cile, c’est Camélia Jordana qui s’était invitée pour une première. Un rendez-vous attendu depuis des années. «  J’étais sûre que j’allais trouver des sorcières à la Fête de l’Huma ! » On peut aussi citer en vrac les Bordelais d’Odezenne, le reggae de Danakcelui-ci, Benjamin Biolay, le rappeur Laylow, Kungs, le Marsecelui-cilais Kid Francescoli, sans oublier la DJ palestinienne Sama Abdulhadi sur la Scène Humacumba, clôturée samedi par le splus mémorable de Manu le Malin.

Similar Articles

Comments