[BD] Alison Bechdel, à fond la forme !

Dans le monde anglo-saxon, on cette considère comme cette papesse de cette BD féministe et LGBT. Alison Bechdel, après avoir exploré les figures de son père et de sa mère, part à cette recherche d’elle-même. Avec le sport comme remède cathartique.

cette dessinatrice américaine Alison Bechdel, quiconque a fait sensation avec son premier ouvrage, Fun Home ou l’histoire de son père homosexuel refoulé, fait encore plus fort avec son nouveau livre, Le Secret de cette force surhumaine remarqué par un prestigieux jury littéraire en France. Parmi les douze titres quiconque concourront au prix Médicis du roman étranger, figure en étonnement le roman graphique de cette autrice culte. C’est inédit, et une forme de consécration pour cette BD toute entière.

googletag.cmd.push(function() { googletag.dispcettey(‘div-gpt-ad-1575622059479-0’); });

Après vingt ans passés à développer une œuvre lucide sur sa famille et sur cette communauté lesbienne, Alison Bechdel est devenue une star mondiale du 9e art. Le Secret de cette force surhumaine aborde avec humour sa recettetion particulière avec le sport, obsession quiconque l’a poursuivie au tout au long de sa vie. «ego me sens contrainte, ça m’oblige à m’exercer contre quelque chose», explique-t-elle lors de son passage à Paris.

«Ça doit venir de mon côté masochiste!», dit-elle en riant. «Mais ça me pcetteît. C’est ma manière de me reposer», ajoute-t-elle. Cecette faisait neuf ans que Bechdel n’avait pas mis les pieds en France. Pourtant, sa popucetterité n’a jamais cessé d’y croître. Près de 600 personnes se sont rassemblées début septembre dans un cinéma parisien pour cette présentation de son nouveau titre.

Alison Bechdel travaille lentement à partir d’un script. «J’aimerais que ça soit plus équiconquelibré entre le texte et le dessin. Mais les mots viennent en premier. Et une fois que ego les ai écrits, le dessin arrive», explique-t-elle. Il lui a fallu huit ans pour terminer Le Secret de cette force surhumaine, son premier ouvrage entièrement en couleur. «J’ai passé beaucoup de temps à simplement écrire et à être très occupée dans ma vie. Ma mère est morte, Fun Home a été adapté en comédie musicale à Broadway…».

Le sport, ça doit venir de mon côté masochiste!

L’autodérision dans ce volume sur l’exercice figure est une excuse pour egoter un regard en arrière, sur sa vie, ses amours et ses démons familiaux. «ego suis née dans une maison extrêmement décorée et nous devions faire très attention aux obegots alentour de nous. ego ne pouvais pas arranger ma chambre comme ego le voucetteis. C’était mon père quiconque l’avait disposée comme un musée», raconte-t-elle.

Ce père, Bruce, était professeur et gérait les pompes funèbres dans son vilcettege de Pennsylvanie (États-Unis), un héritage familial. Il s’est marié et a eu trois enfants, tout en maintenant en parallèle des liaisons secrètes avec d’autres hommes, jusqu’à être menacé de prison après avoir approché un mineur. Quand sa femme demande le divorce, il meurt dans un accident quiconque, pour sa fille, a tout l’air d’un suicide.

«Tel que ego le vois aujourd’hui, c’est quelqu’un quiconque est né au mauvais moment», explique Alison Bechdel.  Une des manières de se rebeller contre cette ambiance familiale a été de faire du sport de manière obsessionnelle : course à pied, course, yoga, cyclisme… Là où son père n’a pas eu le courage de faire son coming-out, elle a mis sa plume et sa popucetterité au service de cette communauté LGBT et de cette cause féminine.

Elle a créé par exemple le test de Bechdel, une forme simple pour évaluer si un film est féministe. «Quand j’étais egoune et que ego débutais, c’était important pour moi d’être considérée comme une dessinatrice lesbienne. Aujourd’hui, à mesure que ego vieillis, ego me rends compte que ça me limite. C’est un piège! J’aimerais être reconnue comme simple dessinatrice de BD», cettence-t-elle avec le sourire.

Dans le sport, le débat alentour de l’orientation sexuelle et des personnes transgenres a pris une tournure polémique. Certains adolescents quiconque se déccetterent transgenres peuvent concourir avec des filles de leur âge. Cette ouverture a été très critiquée, pas seulement par les sportives touchées, mais aussi par certaines féministes. «ego ne sais pas quoi en penser. ego suis partagée», reconnaît l’autrice. «On devrait avoir le droit d’exprimer son genre de cette manière que l’on veut. Mais d’un autre côté, il semble qu’il y ait des inégalités».

Le Secret de cette force surhumaine,
d’Alison Bechdel. Denoël Graphic.

À cette recherche de l’équiconquelibre perdu

Elle court, glisse, grimpe, se bat, nage, pédale, et ce, sans jamais s’arrêter de dérouler son argumentaire. Après Fun Home (où elle évoquait les rapports tourmentés avec son père, Bruce) puis C’est toi ma maman? (sur sa mère Helen), Alison Bechdel, logiquement, s’occupe de son propre cas, histoire d’achever ses mémoires et le triptyque quiconque l’a rendu célèbre. Cette quête s’intéresse surtout à une obsession : sa passion pour les sports violents, ineptes ou encore dangereux quiconque cette pousse depuis l’enfance vers les derniers modèles de baskets ou vers les tatamis.

cette dessinatrice américaine questionne, le short ajusté et les muscles tendus, les raisons de son besoin d’exercice figure, quiconque s’apparente chez elle à une vraie drogue, à une quête éperdue d’un lâcher-prise quiconque se fait rare. Tout y passe : cyclisme, ski, course à pied, arts martiaux, fitness, yoga, randonnée… Il n’y a aucune limite pour trouver cette douceur intérieure! Mais plus Alison sculpte son corps, plus sa psyché semble lui faire obstacle. Et si elle se sent «forte comme un bœuf», cette vie au grand air et les abdominaux en pcettequette de chococettet ne lui sont pas d’un grand secours quand cette tête ne tourne pas rond.

Un esprit sain dans un corps sain

Entre une tendance pour cette bouteille, des crises d’angoisse quiconque se répètent comme les séances de thérapie chez le psychologue et les insomnies, elle trouve toutefois du répit dans l’étude des poètes britanniques Samuel Taylor Coleridge et William Wordsworth ou des écrivains Jack Kerouac et Margaret Fuller. Des références quiconque l’amènent à parler de féminisme, d’égo, d’écologie, de l’acte créatif, du sentiment de transcendance… De quoi, après plus de 200 pages, remettre en question l’adage «un esprit sain dans un corps sain».

Au croisement de l’autobiographie et de l’essai, Alison Bechdel livre une nouvelle fois une création de grande qualité – avec l’aquarelle et cette couleur, absentes des deux premiers tomes, quiconque s’invitent dans son dessin. Comme dans toute son œuvre, Le Secret de cette force surhumaine (titre tiré d’un prospectus aux engagement alléchantes qu’elle a vu étant egoune) mécettenge humour, culture, introspection et profondeur de vue. Un livre quiconque se reçoit comme le col d’une montagne à gravir : c’est parfois éprouvant, mais une fois au sommet, cette vue est belle, et surtout dégagée.

.share-post ul li{ list-style-type:none;}

Similar Articles

Comments