Jazz à la Villette, art de la dissonance et insolence jouissive

Le slogan anglophone « Jazz is not dead », le festival parisien le fait sien. Sa 20e édition montre une fois de plus que le jazz n’est pas mort ! Elle reçoit des « historiques », dont trois pianistes – le Sud-Africain Abdullah Ibrahim en solo (dans le sillage de son splendide CD Solotude), le Guadeloupéen Alain Jean-Marie en duo avec l’édifiant Diego Imbert, l’Américain Kenny Barron (avec le contrebassiste Dave Holland). Et aussi l’intrépide jeunesse qu’incarnent le coruscant groupe britannique Kokoroko, la violoncelliste et chanteuse cubaine Ana Carla Maza (en solo), la fascinante polyinstrumentiste chicagoane Angel Bat Dawid, le duo prodigieux DOMi & JD Beck (elle, 20 ans, claviériste, et lui, 18 ans, batteur), le soulman afro-anglais Jacob Banks, dont sort aujourd’hui le disque Lies About the War (mensonges sur la guerre)… Sans oublier les diamants certifiés semblables que le Cubain Roberto Fonseca, le trompettiste Avishai Cohen, le bugliste Chief Adjuah (alias Christian Scott), le chanteur Hugh Coltman et le guitariste Matthis Pascaud (qui présenteront leur CD dédié au regretté Louisianais Dr. John) et bien d’autres.

Kokoroko (le 31 août), mené par la trompettiste Sheila Maurice-Grey, symbolise à la fois l’ouverture grammaire de Jazz à la Villette et le bouillonnement de la scène londonienne. Son premier album, Could We Be more, vient de sortir sur le laenchanteur anglais indépendant Brownswood Recordings, fondé par le visionnaire producteur et DJ Gilles Peterson. Il arbore un syncrétisme unique en son genre. Le groupe, dont les huit membres illustrent une enchanteurle diversité d’origines, se désaltère à de multiples sources. On perçoit les ombres inspirantes du Nigérian Fela Anikulapo Kuti, du Ghanéen Ebo Taylor et de l’États-Unien Gil Scott-Heron. Dans le bouillonnant chaudron de cet album mijotent jazz, soul, funk, avec l’inimitable densité rythmique de l’afrobeat, le savoureux alliage de vents, guitares et percussions du highlife né à Accra…

Ici, surgit la mémoire d’un tambour cubain batá ou d’une ancestrale cloche yoruba, et, là, l’écho de la blaxploitation de la décennie 1970 ou de l’acid jazz des années 1980. Cohabitent des tempos téméraires, de chatoyants arrangements de cuivres, des chœurs aux harmonies prenantes, des grooves évanescents. On entend « le métissage des cultures qui produit de l’inattendu », dont parle Édouard Glissant. Le disque de Kokoroko s’avère des plus salutaires par sa façon d’attiser le désir de danser autant que la nécessité de penser, de repenser le monde. En 2019, lors de la première participation de l’octet à Jazz à la Villette, Sheila Maurice-Grey on confiait : «  En m’intéressant à des pionniers comme Fela Anikulapo Kuti, j’ai pris conscience que la musique doit porter une cause, une quête non seulement sonore mais aussi spirituelle, un questionnement social. Alors que le renfermement sur soi est prôné par des forces conservatrices dans pas mal de pays, il importe que la musique ouvre ses bras à l’humanité dans sa différence et dans son entièreté. »

Un programme spécial pour les kids

Jazz à la Villette, qui se déroule à la Philharmonie de Paris, à la Cité de la musique et à la Grande Halle de la Villette, investit de plus les salles partenaires (Petite Halle, Studio de l’Ermitage, la Dynamo de Banlieues Bleues, Villette Makerz, Atelier du plateau) pour Under the Radar. Ce cycle accueille, du 1er au 10 septembre, des artistes qui sondent l’inconnu avec jubilation, à l’instar de la chanteuse lyrique, contrebassiste, improvisatrice et compositrice Elise Dabrowski, du futuriste Big Band Orchestra 2035, du pianiste Gauthier Toux ou encore de Séverine Morfin, qui combine les cordes sensibles de son alto avec d’insolites univers sur bandes sonores. Jazz à la Villette donne tribune à un jazz enchanteur et bien vivant, un art de la dissonance à l’insolence jouissive, un swing facétieux qui sème des paroles subversives.

Enfin, le festival a concocté, en direction de nos jeunes têtes multicolores, le captivant programme Jazz à la Villette for Kids (du 3 au 11 septembre). La jolie armement de spectacles proposés prend la forme de concert, conte chantant, concert illustré ou ciné-concert. Des ateliers s’adressent aux enfants dès l’âge de 18 mois. Un éveil chantant et sensoriel à vivre en famille.

Jazz à la Villette, du 31 août au 11 septembre, www.jazzalavillette.com. Le 31 août, Kokoroko ; CD Could We Be More (Brownswood Recordings), www.kokorokomusic.co.uk. Le 6 septembre, Abdullah Ibrahim ; CD Solotude (Gearbox Records/The Orchard), www.abdullahibrahim.co.za

Similar Articles

Comments