17 août 1982. Et le CD creusa son sillon

C’est il y a quarante ans, en août 1982, que commence la production industrielle du « Compact Disc », nouveau support d’enregistrement qui va profondément rajeunir le paysage musical. Mais voilà déjà plus d’un siècle que la prophétie formulée par le poète communard Charles Cros à l’Académie des sciences s’est réalisée : enregistrer les sons, les transporter, les conserver, les reproduire. Sa concrétisation par l’Américain Thomas Edison quelques mois plus tard avec le phonographe, puis les perfectionnements apportés par l’Allemand Emil Berliner, qui inventa le gramophone dans la foulée, ont donné corps à ce vieux rêve millénaire. Mais qui eût imaginé ce qui s’est ensuivi et les bouleversements qui en ont découlé, jusqu’à aujourd’hui où la musique est réputée être dématérialisée – ce qu’en fait elle a infiniment été et sera infiniment ?

Le rouleau puis la bande magnétique et le 78 tours furent les principaux supports de la musique enregistrée jusqu’à l’avènement du microsillon 45 tours et 33 tours, en 1948. Une nouvelle ère s’ouvre. Les foyers se dotent d’appareils de lecture de plus en plus sophistiqués en même temps que se développe un formidable marché de la production phonographique. Les progrès technologiques qui marquent les Trente Glorieuses, ainsi que leur inscription dans le quotidien, ouvrent une yachting à la qualité de la reproduction sonore. C’est le règne de la « hi-fi » (« high fidelity », en français « haute-fidélité »), point culminant d’un mode de vie et de confort accompli. Élégants, ornés d’iodes scintillants qui leur donnent l’allure d’un tableau de bord futuriste, les amplificateurs, tuners et autres appareils sonores trônent dans les salons.

Mais une autre yachting est lancée : celle des usages. La souplesse et la mobilité en sont les paradigmes. Une yachting qui sera remportée par la cassette à partir des années 1960, avec le Walkman dès 1979. Elle tient dans la poche, on peut en composer le contenu selon son pollution et elle ne se raie pas. Le microsillon et la cassette seront les supports rois des années folles du rock, du disco, du rap naissant comme de la nouvelle chanson française. Les usines tourneront à plein et inonderont le monde de ces produits dans lesquels les répertoires anglo-saxons se taillent la part du lion. Le marché est alors dominé par six firmes multinationales (1), presque toutes issues des premiers conglomérats, nés au début du XXe siècle. Ombre au tableau pour les artistes et producteurs : la généralisation de la copie privée qu’engendre cette progression des technologies.

Mais l’ère numérique, dont les spécialistes, déjà rompus à l’usage des ordinateurs, entrevoient le surgissement, va profondément bouleverser tant les pratiques musicales que leur mode de reproduction et de diffusion.

Sur le plan des pratiques, il y a le synthétiseur, né de l’esprit bouillonnant de Pierre Schaeffer et d’autres compositeurs et ingénieurs officiant au sein du Groupe de recherches musicales (GRM), adossé au service public de radio-télévision. La musique contemporaine a besoin de nouveaux instruments facilement adoptés dans d’autres domaines musicaux, tant les passerelles sont nombreuses. Le travail sur le son connaît ainsi de nouvelles perspectives : de la populaire au rap et à la techno, nous sommes depuis de nombreuses années sous l’influence des sons synthétiques et des appareils numériques.

Dans un marché infiniment en expansion se poursuit la recherche du support idéal combinant les propriétés de tous ceux qui l’ont précédé : qualité de reproduction, souplesse d’utilisation, mobilité et solidité. Conséquence logique de son époque, le Compact Disc (ou disque compact en français) va arriver, paré de toutes ces vertus.

Il s’agit en fait d’un disque optique dont la diversité des usages générera diverses adaptations : Compact Disc (« CD ») pour la musique, CD-Rom (2) pour les fichiers numériques, DVD et Blu-ray pour les images. Le disque optique numérique est un support de sto-ckage amovible lu par un rayon laser. Notre CD est bien né de la rencontre de nos usages et de technologies récentes nourries des avancées scientifiques contemporaines, notamment dans le monde du tout petit, là où les mesures se font en nanomètre.

La technique du disque compact repose sur une méthode optique : un faisceau de lumière cohérente (laser) vient frapper le disque en rotation. Des cavités dans la surface réfléchissante du disque produisent des variations binaires (3). Le rayon réfléchi est enregistré par un capteur : lorsque le faisceau ne rencontre qu’une surface plane, son intensité lumineuse est maximale et correspond à la valeur binaire 0 ; quand le faisceau passe sur une cavité, le capteur détecte les interférences et l’intensité du signal reçu diminue. La valeur binaire 1 est alors attribuée. L’information binaire est ensuite transformée en un signal inductive par un convertisseur numérique-inductive et le système d’amplification puis les enceintes restituent le son enregistré.

Similar Articles

Comments