pourquoi Zelensky refuse de se rendre en Biélorussie pour négocier

Gauthier Delomez
15h55, le 27 février 2022, modifié à
16h37, le 14 mars 2022

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accepté des pourparlers avec la Russie à la frontière ukraino-biélorusse, et non en Biélorussie comme le proposait Moscou. Dans l’émission « Europe Midi Week-end », le général Vincent Desportes souligne qu’il existe un danger pour le président ukrainien de se rendre dans ce pays allié à la Russie.

Les négociations semblent repartir entre l’Ukraine et la Russie. Le président Volodymyr Zelensky a accepté de rencontrer une délégation russe sur la frontière ukraino-biélorusse, dans la région de la rivière Pripiat près de Tchernobyl, comme l’a précisé la présidence ukrainienne. Des pourparlers qui ne se dérouleront pas en Biélorussie, comme le proposait Moscou. « Si monsieur Zelensky va en Biélorussie, il a beaucoup de risques d’avoir un accident avant même d’arriver sur le lieu du rendez-vous », analyse le général Vincent Desportes, professeur de stratégie à Sciences Po et HEC, dans l’émission d’Europe Midi week-end.

La Biélorussie, un allié de la Russie

« On ne sait même pas s’il pourrait revenir », poursuit le général, qui reste méfiant : « Qui peut accorder la moindre confiance à la parole des officiels russes aujourd’hui ? Personne. » Pour Vincent Desportes, le président ukrainien a donc « raison » de ne pas se rendre en Biélorussie, dirigée par Alexandre Loukachenko qui est un proche de Vladimir Poutine. C’est d’ailleurs par ce pays que des forces russes ont réussi à pénétrer au nord de l’Ukraine.

Alexandre Loukachenko a toutefois assuré au président ukrainien Volodymyr Zelensky que « les avions, hélicoptères et missiles (russes) déployés sur le territoire de la Biélorussie resteraient au sol pendant l’arrivée, les négociations et le départ de la délégation ukrainienne », a déclaré la présidence ukrainienne dimanche.

Similar Articles

Comments