que vont se dire Macron et Poutine lors de leur entretien téléphonique ?

William Molinié, édité par Solène Delinger
06h21, le 28 janvier 2022, modifié à
07h15, le 28 janvier 2022

Emmanuel Macron aura un entretien téléphonique ce vendredi avec son homologue russe Vladimir Poutine sur l’épineux dossier ukrainien. Cet appel intervient dans un contexte de plus en plus tendu. La Russie a en effet lancé de nouvelles manœuvres militaires mardi non loin de l’Ukraine. Comment le président français compte-t-il calmer le jeu ? 

Un simple coup de fil suffira-t-il pour désamorcer la crise ? Emmanuel Macron aura un entretien téléphonique ce vendredi avec son homologue russe Vladimir Poutine alors que la pression monte entre la Russie et les Etats-Unis autour du dossier ukrainien
. Moscou a même lancé de nouvelles manœuvres militaires mardi non loin de l’Ukraine. Le président français, qui a appelé à la désescalade, parviendra-t-il à convaincre Poutine ? 

Les Européens sont unis

L’objectif d’Emmanuel Macron
, à très court terme, est de faire retomber l’intensité de la crise ukrainienne. D’abord, en passant le message très clair que cette crise aura un coût, explique un conseiller du président. Et pour cela, le chef de l’Etat veut montrer à Vladimir Poutine que les Européens sont unis, qu’ils parlent d’une même voix.

Une désescalade militaire

C’était d’ailleurs le sens de l’échange, mardi dernier, entre le président français et le chancelier allemand : afficher de la robustesse et de la solidarité européenne. La marge de manœuvre diplomatique est ténue, reconnaît-on à l’Elysée. Mais on veut croire qu’elle existe, notamment en montrant que les Ukrainiens sont prêts à avancer sur le statut autonomiste du Donbass en échange d’une désescalade militaire à la frontière.

Cette désescalade serait marquée, dans un premier temps, par la fin des tirs de snipers sur les soldats ukrainiens, l’ouverture de check point, des mesures humanitaires et l’arrêt des cyberattaques.

Reste à savoir si, dans son bras de fer avec Joe Biden
et l’OTAN, Vladimir Poutine
est d’accord pour laisser un peu de place à la France et plus largement à l’Europe sur un sujet qui la concerne au premier chef. 

Similar Articles

Comments