Selon Enedis et RTE, l’quipement du rseau autoroutier en bornes de recharge ne prsente aucun dfi majeur

D’aprs une nouvelle tude prospective mene par Enedis et RTE, le rseau national autoroutier est prt accueillir le nombre croissant de bornes de recharge pour vhicules lectriques dans les quinze prochaines annes venir.

Le rseau national autoroutier est prt accueillir le dveloppement de la mobilit lectrique des quinze prochaines annes, selon Enedis et RTE. Dans une nouvelle tude prospective, consacre aux futurs besoins lectriques de la mobilit longue distance sur autoroute et publie en juillet 2021, les deux gants du rseau lectrique franais se disent particulirement confiants, concernant le dploiement des infrastructures de recharge de vhicules lectriques (IRVE) sur le rseau autoroutier national:  les appels de puissance, les extensions et adaptations des rseaux ne prsentent pas de dfis techniques particuliers ni d’enjeux financiers importants au regard de ceux ddis la transition nergtique dans les territoires ( moyen et long terme).

15,6 millions de vhicules lectriques en 2035

Pour rappel, un dcret du 12 fvrier 2021 rclame que l’ensemble des aires de services soit quip en chargeurs de haute puissance (entre 50 et 150 kW) d’ici au 1er janvier 2023. A l’heure actuelle, la France compte prs de 4000 bornes de recharge de haute puissance. Cependant, des 415 aires de service du rseau autoroutier concd (avec page) ou non-concd (sans page), seulement 164 sont quipes de 6 points de recharge en moyenne. Le tout doit permettre aux plus de 500000 vhicules lgers lectriques (VE) et vhicules hybrides rechargeables (VHR), actuellement immatriculs en France, de circuler en accord avec les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’nergie (PPE) en vigueur.

En suivant les ambitions de la PPE et de la Stratgie nationale bas carbone (SNBC), Enedis et RTE ont valu les besoins en puissance lectrique des prochaines IRVE haute puissance sur les aires d’autoroutes. Leur estimation se fonde sur deux horizons de temps 2028, en guise de rfrence, et 2035 et deux scnarios correspondants: un parc automobile de prs de 5,3 millions de vhicules lectriques en 2028 et de 15,6 millions en 2035. De cette analyse ressortent trois principaux constats.

La puissance sera-t-elle suffisante?

L’intgration des nouvelles IRVE aux rseaux lectriques devrait s’effectuer sans difficult. La demande de puissance en recharge rapide est marginale l’chelle nationale et ne se cumule pas avec la pointe nationale, estiment les experts d’Enedis et de RTE dans leur tude. Pour les annes venir, les stations de recharge les plus puissantes actuellement installes devraient suffire accueillir le trafic autoroutier. En sachant que la pointe nationale de consommation lectrique voque s’lve 8,3 GW, au 22 janvier 2020.

En effet, d’aprs leurs calculs, la somme des puissances appeles sur l’ensemble des aires de service quipes de bornes de recharge devrait s’lever entre 2 et 5 GW l’chelle nationale soit 4 12 MW par aire en 2035. Ces chiffres suivent la trajectoire dj envisage d’un besoin de puissance attendu la hauteur de 1,5 MW par aire en 2028 (pour une recharge de 80% en 20 minutes).

Aucun enjeu technique ou financier important

A l’instar du dfi technique de raccordement lectrique, le challenge financier ne prsente, lui non plus, pas d’accroc. Toujours selon Enedis et RTE, les cots de dveloppement des rseaux de transport et de distribution pour l’alimentation des stations autoroutires de recharge d’ici 2035 se situent entre 300 et 600 millions d’euros autrement dit, 20 40 millions d’euros par an.

[Cela] reprsente entre 0,3 et 0,6% des investissements planifis par les gestionnaires des rseaux de distribution et de transport sur la priode, soulignent les analystes dans leur tude. En juillet dernier, l’tat avait justement dj annonc un financement de 100 millions d’euros pour quiper le rseau national non-concd en bornes lectriques l’horizon 2022.

Anticiper davantage pour mieux raccorder

Nanmoins, pour atteindre ces objectifs sans encombre, les gants du rseau lectrique franais recommandent le plus d’anticipation possible. L’anticipation par les porteurs de projets est un facteur dterminant pour le bon dveloppement des quipements de l’ensemble des aires de service, soulignent Enedis et RTE.

Ces derniers suggrent d’envisager des dlais de 12 14 mois, suivant la demande de raccordement, pour permettre la ralisation des tudes, l’obtention des autorisations administratives et la ralisation des travaux d’adaptation requis. En ce sens, suite une dlibration du 29 juillet, la Commission de rgulation de l’nergie (CRE) prconise dj une modification du fameux dcret. Celle-ci placerait six mois (au lieu de trois) le dlai donn entre la proposition technique et financire, relative au raccordement demand, et l’accord du demandeur.

Vhicules lectriques: la moiti des aires de service sont dsormais quipes de bornes de recharge (article paru le 15/07/2021) Le ministre de la Transition cologique a prsent le 15 juillet les chiffres du dploiement des bornes lectriques sur le rseau des aires de service franaises. Avec la fin annonce des ventes d… Lire la news
Dcret du 12/02/2021 (TRER2101936D) Dcret n 2021-153 du 12 fvrier 2021 instaurant une aide en faveur des investissements relatifs aux installations de recharge rapide pour vhicules lectriques sur les grands axes routiers S’abonner EnviroveilleEn savoir plus
Note Tlcharger l’tude d’Enedis et RTE. Plus d’infos
Note Accder aux documents de synthse de la dlibration de la CRE du 29 juillet 2021. Plus d’infos
Note L’quipement ncessaire pour la recharge d’un seul vhicule la fois. Chaque borne de recharge en est quipe d’au moins un.

Article publi le 05 aot 2021

Similar Articles

Comments