La sobrit, un alli de la transition cologique des territoires

Et si la sobrit pouvait aider les territoires raliser leur transition cologique ? C’est ce que propose l’Ademe qui cherche s’loigner des clichs pour relever le dfi de l’adaptation au changement climatique.

Si au village elle a mauvaise rputation, c’est surtout parce qu’elle vhicule des images ngatives d’austrit et de privation. Dans l’imaginaire commun, la sobrit, ce n’est pas fun. Et pourtant, l’ide d’une socit plus sobre fait doucement son chemin. Aujourd’hui, dans un contexte de ressources limites et de changement global, elle pourrait prendre un nouveau sens.

 » La sobrit consiste nous questionner sur nos besoins et les satisfaire en limitant leurs impacts sur l’environnement. Elle doit nous pousser faire voluer nos modes de production et de consommation et plus globalement nos modes de vie, l’chelle individuelle et collective« , explique l’Ademe. Mais ce concept correspond-il une ralit ou un simple effet de mode ?

Une tendance qui crot et se maintient

D’aprs le baromtre des proccupations des Franais ralis par Greenflex et l’Ademe, 93% des personnes interroges pensent qu’il faut revoir tout ou une partie de notre modle conomique. Parmi eux, la moiti dclarent qu’il faut le repenser entirement et sortir du mythe de la croissance infinie. Et enfin, une grande partie des Franais (86 %) aimeraient vivre dans une socit o la consommation prend moins de place. La tendance n’est pas neuve : selon l’Ademe, elle se maintient en lgre croissance depuis quelques annes. Malgr l’pidmie de coronavirus, les proccupations concernant l’environnement se hissent au niveau de celles sur la sant. Autant de statistiques qui semblent montrer une vritable envie de changement et de vritables proccupations environnementales de la part des Franais.

Une tendance qui n’a donc rien d’anecdotique et qui pousse l’Agence penser la sobrit comme un des outils permettant de raliser la transition cologique. Selon elle, adopter la sobrit permettrait aux territoires de raliser 10 30 % des objectifs nergie climat. Car, entre autres acteurs, les collectivits sont bien places pour agir au travers de leurs investissements long terme. Ce sont elles qui dcident de l’organisation des activits sur leur territoire (PLU, SCoT) et qui sont capables de mobiliser les acteurs locaux et de favoriser l’volution des comportements.

« La sobrit c’est vertueux financirement »

Mais pourquoi la sobrit intresserait-elle les collectivits ? Pourquoi s’imposer un arrt de la croissance et du dveloppement ? « Du ct de la collectivit ou de l’action publique, la sobrit c’est vertueux financirement, argue Sbastien Maire, dlgu gnral de l’association France villes durables qui regroupe collectivits, entreprises, experts et agences dtat. Depuis des annes, les paradigmes disent qu’il faut dvelopper les territoires pour qu’ils soient attractifs mais cela ne s’accompagne pas forcment d’une amlioration de la qualit de vie pour les habitants. C’est mme parfois l’inverse« . Et la sobrit prsente des avantages : amliorer la qualit de vie en vitant de trs lourds projets de dveloppement, coteux en argent public.

De plus, la plupart de ces gros projets ncessiteraient au moins 15-20 ans avant d’tre rentabiliss sur le plan des missions de gaz effet de serre. Ce qui n’est pas compatible avec les dlais rapports par les experts du climat, qui sont plutt de 10-15 ans avant que la sobrit ne s’impose d’elle-mme. Sbastien Maire ajoute : « Choisir des solutions bases sur la nature, ou sur du low-tech, est moins coteux en maintenance, en contrats, etc. Finalement, la sobrit c’est aussi une faon de limiter la dpense publique tout en ayant le confort et l’amlioration de la qualit de vie pour les habitants« .

Les conomies, souvent la porte d’entre vers la sobrit

Sans aller aussi loin, les solutions de sobrit sont variables et doivent s’adapter aux territoires. Il existe de nombreux acteurs qui se sont donns pour mission d’accompagner les collectivits dans leur dmarche. L’Ademe en fait partie. Nul besoin d’tre une grosse agglomration pour se lancer. En 2017, la commune d’Argentan a dcid de mener une exprience : teindre l’clairage public la nuit, partir de 23 heures. Aprs avoir largement inform la population, elle a mis en place un numro vert pour que les riverains puissent remonter les problmes. Finalement, elle n’a eu que trs peu de retours ngatifs et elle conomise prsent 90000euros d’lectricit par an, 175000euros depuis que la commune a quip ses clairages de LEDs. En 2018, l’intercommunalit d’Argentan a sign un contrat d’objectif territorial avec l’Ademe qui intgre des objectifs de sobrit nergtique. Ainsi, l’intercommunalit a rationalis ses btiments, ce qui lui a permis de raliser une conomie de surface immobilire de 599m et 2 019MWh d’nergie par an.

Se poser la question des besoins

L’exemple d’Argentan illustre le concept de sobrit d’usage, l’une des quatre facettes de la sobrit qui consiste adapter l’utilisation des quipements aux usages qui en sont rellement faits. Mais il existe d’autres facettes qui, elles aussi, poussent se poser la question du « juste besoin ». Cela se traduit par l’limination du superflu et l’optimisation des ressources pour rpondre aux besoins identifis plus haut. Et ce, dans les limites plantaires.

Ces facettes fonctionnement aussi bien sparment qu’37401. Ainsi, la sobrit dimensionnelle vise mettre en cohrence la taille des quipements avec le besoin rel des usagers. Adapter le nombre d’coles au nombre d’lves peut par exemple rentrer dans cette catgorie. Avec une bonne communication, l’une des communes aides par l’Ademe, dote de quatre coles largement sous-exploites, a pu en fermer une en vitant une leve de boucliers. La sobrit structurelle consiste en l’optimisation de l’organisation du territoire en rationalisant l’espace. Par exemple, en rhabilitant d’anciens logements au centre-ville au lieu d’en construire de nouveaux en priphrie, une collectivit peut viter de grignoter les terres cultivables. Enfin, la sobrit conviviale prne la mutualisation des quipements et de leur utilisation comme le font le coworking et le covoiturage.

Limites plantaires et rticences

Les limites plantaires sont une composantemajeure de cette vision des territoires. Elle implique donc de prendre en compte les particularits climatiques de chaque territoire dans les plans d’amnagement mais aussi d’y intgrer des solutions pour les alas climatiques futurs.

Cependant, si les projets de sobrit semblent conqurir une part croissante de la population et commencent gagner l’chelle des collectivits, il reste toutefois un certain paradoxe. En effet, malgr une volont de changement de la socit trs marque, seulement 58 % des Franais pensent qu’il faudra changer nos modes de vie pour faire face au changement climatique. Autrement dit, un peu moins de la moiti de la population ne voit aucun intrt une socit plus sobre. D’ailleurs, 60% des Franais « souhaitent se payer plus souvent des choses qui leur font envie« , d’aprs le baromtre Greenflex et Ademe. « Pourquoi s’imposer la frugalit ? Tant qu’on n’a pas compris ce qui nous arrive dans la figure de manire concrte, on n’est pas motiv pour changer aussi radicalement de trajectoire », remarque Sbastien Maire. Pour les collectivits qui souhaiteraient aller vers un modle conomique plus sobre, il est donc indispensable de prendre ces profils en compte et de communiquer pour construire un rcit positif autour de la sobrit.

Habiter la France de demain: Emmanuelle Wargon consulte les citoyens (article paru le 30/06/2021) Habitat, dplacements, travail, activits, consommations Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, invite les citoyens partager leur vision de la ville durable et du logement de qualit頻. Une consultation citoyenne est lance jusqu’au 15 aot… Lire la news
Rnovation performante: il ne faut pas dpasser trois tapes de travaux (article paru le 16/07/2021) Une rnovation nergtique par tapes et performante de son logement au niveau BBC requiert d’avoir une vision globale des travaux mener ds le dbut du projet. Les experts prconisent un parcours de rnovation limit trois tapes de travaux. Lire la news
Scheresse: les nouvelles dispositions prvues pour la gestion de crise (article paru le 06/07/2021) Trs attendu, le dcret sur la gestion quantitative de la ressource en eau et des situations de crise lies la scheresse a t publi le 24 juin. Notre deuxime volet sur ce texte s’intresse la gestion des situations de tensions. Analyse. Lire la news
Territoires pilotes de sobrit foncire: o en est-on? (article paru le 10/06/2021) L’Agence nationale de la cohsion des territoires et le plan urbanisme construction et architecture ont prsent un guide des territoires pilotes de sobrit foncire. Une occasion pour faire un point d’tape de la dmarche. Lire la news
Note Consulter le 14e baromtre de Greenflex et de l’Ademe Plus d’infos
Note Lire le rapport « Exploration des actions de sobrit dans les dmarches territoriales en Europe » de l’Ademe Plus d’infos
Note Consulter les chiffres cls de l’Ademe sur la sobrit Plus d’infos

Article publi le 16 juillet 2021

Similar Articles

Comments