EDF met fin au projet Ecocombust la centrale de Cordemais

Aprs cinq ans d’essais, EDF annonce l’abandon du projet Ecocombust la centrale de Cordemais. Ce projet aurait permis de remplacer le charbon par de la biomasse mais les conditions technico-conomiques ne semblaient plus runies.

La direction d’EDF annonce ce jeudi 8 juillet l’abandon du projet Ecocombust la centrale charbon de Cordemais (Loire-Atlantique). L’ide tait de substituer au charbon, metteur de CO2 fossile, un combustible fabriqu partir de biomasse, metteur de CO2 non fossile.

Selon EDF, les conditions de la poursuite du projet ne sont pas runies: Deux raisons principales ont conduit cette dcision: le cot du projet qui ne permettrait pas de garantir un prix attractif du produit final et le retrait rcent du partenaire industriel qui tait nos cts.

Cinq ans de recherche et d’essai

Le projet prsent par EDF rpondait l’arrt en 2022 des centrales fonctionnant uniquement au charbon.Il comportait deux volets. Le premier tait la cration, en 2021-2022, d’une unit de fabrication de black pellets, des granuls obtenus partir de dchets de bois, principalement de dchets de meubles. L’unit devait produire 160 000 tonnes de pellets par an pendant 15 ans, pour un investissement estim 50-60 millions d’euros.

Le second volet tait la modification des deux tranches de la centrale et la rduction de leur puissance de 600 530 mgawatts (MW). Elles devaient fonctionner jusqu’en 2026, raison de 400 h par an pour chacune d’elles, partir d’un mlange compos de 80% de pellets et 20% de charbon. L’investissement reprsentait un peu moins de 10 millions d’euros par tranche.

Un investissement devenu trop risqu pour EDF: Le caractre trs innovant et le manque de retour d’exprience sur ce type de produit, ainsi que l’envole rcente des prix des matires premires, ont pnalis l’conomie du projet, explique l’nergticien. De plus, le partenaire avec lequel EDF avait ouvert les discussions concernant le traitement des effluents de l’usine de production de granuls a dcid de se retirer du projet. Ce retrait entrainant un retard dans la date de mise en service industrielle 2024, la centrale de Cordemais n’aurait pas pu produire de l’lectricit via un combustible alternatif au charbon sur la priode 2022/2024.

Colre la CGT

Trs investie sur ce projet ds l’origine, la CGT ne cache pas sa colre: EDF reconnat la pertinence technique et environnementale du projet Ecocombust mais justifie son renoncement par des critres purement financiers et donc la centrale de Cordemais va poursuivre sa production lectrique 100% charbon jusqu’ 2026, sans aucune perspective de transition cologique!, regrette le syndicat qui y voit une dcision contraire l’urgence climatique: Ecocombust est un projet permettant d’viter 400.000 tonnes de CO2 annuellement ds demain, argumente-t-il. Le syndicat interpelle l’tat et EDF sur leur ambition climatique: Les engagements d’EDF ne seraient donc en ralit que du blabla? La transition nergtique est un sujet politique: l’tat doit prendre position .

EDF signale que cette dcision n’a pas d’impact sur l’emploi de la centrale de Cordemais. En effet, pour conserver le niveau de scurit d’approvisionnement de la rgion, le Gouvernement prvoit un fonctionnement limit de la centrale mais pas sa fermeture. Seule la mise en service du racteur EPR de Flamanville changerait la donne.

Des doutes sur la pertinence du projet

l’essai depuis plusieurs mois, le projet n’avait pas encore fait la dmonstration de sa pertinence cologique. En septembre 2020, l’Autorit environnementale (Ae) soulevait les incertitudes qui entouraient les impacts de la fabrication des pellets, le procd retenu tant encore en dveloppement. Elle souhaitait que soient mieux connues les caractristiques des effluents liquides et gazeux, les dispositifs de traitement et les quantits d’effluents qui auraient t rejetes ou gres sous forme de dchets solides et de boues.

C’tait aussi le cas des missions de gaz effet de serre (GES) qui taient values dans la phase exploitation du projet 149500tonnes de CO2 par an. Mais cette quantit laissait de ct de nombreuses sources: l’approvisionnement par camion de l’usine de fabrication des pellets, les missions lies au fonctionnement de cette usine (qui comporte cinq chaudires au gaz, d’une puissance totale de 33MW), ou encore les ventuelles missions induites par la soustraction des bois-dchets de leur chane actuelle de valorisation nergtique. Plus globalement, l’Aeconsidraitcomme ncessaire de publier un bilan environnemental complet aprs une dure suffisante de fonctionnement,ainsi que la publication des rejets mesurs la mise en service d’Ecocombust.

La centrale au charbon de Cordemais prend le chemin d’une reconversion la biomasse (article paru le 11/01/2019) En projet depuis plusieurs annes, la substitution du charbon par de la biomasse non fossile est toujours dans les tuyaux pour la centrale charbon de Cordemais (Loire-Atlantique). A l’instar d’Uniper qui a converti la biomasse une tranche de 150… Lire la news
Centrale charbon de Cordemais: le pacte de soutien la sortie des nergies fossiles est sign (article paru le 20/01/2020) Aprs la centrale charbon de Saint-Avold, c’est au tour de celle de Cordemais(Loire-Atlantique) de signer son pacte de soutien sa sortie des nergies fossiles. La loi nergie-climat a, en effe… Lire la news
Centrale charbon de Cordemais: l’Ae critique les scnarios prsents par EDF (article paru le 24/09/2020) L’Autorit environnementale regrette qu’EDF compare son projet de conversion de la centrale charbon de Cordemais des scnarios incompatibles avec la loi nergie climat de 2019. D’autant que les alternatives voques par RTE ne sont pas tudies. Lire la news

Article publi le 08 juillet 2021

Similar Articles

Comments