Free shipping on any purchase of 75$ or more!

lundi, juin 27, 2022

Avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie : le député Moetai Brotherso

-

Le député indépendantiste de Polynésie a interrogé Sébastien Lecornu en vue du prochain référendum sur l’indépendance. Le ministre des Outre-mer lui a assuré que l’Etat sera « au rendez-vous » et prendra « ses responsabilités ».

Dans la perspective du troisième référendum sur l’indépendance en Nouvelle-Calédonie le 12 décembre prochain, Moetai Brotherson, député indépendantiste de Polynésie a interrogé Sébastien Lecornu lors des questions au gouvernement, mardi 6 juillet. 

« L’état est signataire de l’accord [de Nouméa], processus moderne et innovant. A ce titre, il doit accompagner cette île mélanésienne du Pacifique vers son émancipation afin de répondre aux défis géostratégiques globaux et permettre à l’ensemble des parties prenantes de sortir gagnant/gagnant de ce cycle historique », a déclaré Moetai Brotherson.

Troisième référendum sur l’indépendance de la Nouvelle Calédonie | @Moetai1 (GDR) interroge le Gouvernement sur la suite du processus de l’Accord de Nouméa « plusieurs dossiers restent en attente de clarification. »#DirectAN #QAG pic.twitter.com/E8YwdmjfqR

— Assemblée nationale (@AssembleeNat) July 6, 2021

 

Selon le député, « plusieurs dossiers restent en attente de clarification, certains même pourraient porter atteinte à la sincérité et l’éthique de la République des droits de l’Homme ». « L’engagement de l’Etat sera observé durant la période de transition, eu égard à la résolution 1514 relative au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », a-t-il assuré.

Un Etat « au rendez-vous » qui « prend ses responsabilités »

« Votre question était de savoir si l’Etat serait au rendez-vous et prendrait ses responsabilités en tant que partenaire et signataire [de l’accord de Nouméa]. La réponse est bien évidemment oui », a répondu le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu.

Le ministre est revenu sur le choix de la date du référendum, qui « n’est pas consensuelle » mais « est respectée par les partenaires », et sur les modalités de la prochaine consultation, élaborée « sur le modèle de la deuxième consultation référendaire, qui a été salué par les Nations unies. Nous reprenons exactement la même question, les mêmes logiques en matière de propagande électorale ».

Le ministre a enfin insisté sur « la nouveauté » que représente l’élaboration d’un document évoquant les conséquences de la victoire du « Oui » ou du « Non » à l’issue du scrutin. « J’ai bon espoir que cette semaine le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie soit constitué, ce qui nous permettra d’avancer », a-t-il conclu.

 

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici