Free shipping on any purchase of 75$ or more!

dimanche, juin 26, 2022

il faut fermer le robinet ! 

-

La prise de conscience du problme caus par la contamination de l’environnement par les composs perfluors augmente. Julie Schneider, de l’ONG Chem Trust, explique les dangers de ces produits et les menaces qu’ils font peser.

   

Julie Schneider
Charge de campagne, Chem Trust

   

Actu-Environnement : Qu’est-ce que les composs perfluors?

Julie Schneider: Les PFAS (substances per- et polyfluoroalkyles) sont des composs chimiques de synthse, qui ont, en particulier, une liaison entre du carbone et du fluor. C’est trs important car cette liaison est l’une des plus stables qui existe en chimie organique. Elle implique que les composs ne se dgradent que trs lentement une fois dans l’environnement. D’o leur surnom de forever chemicals ou produits chimiques ternels. Ils sont aussi trs rsistants la chaleur, des traitements acides ou agressifs. a leur donne des proprits trs intressantes au niveau industriel et pour les produits de consommation courante. C’est une trs grande famille. L’OCDE en a recens plus de 4500. D’autres calculs font mme une estimation 9000composs. Mais l’on ne dispose de donnes relatives leur toxicit que sur une poigne d’entre eux.

AE : Quelles sont les proprits de ces substances et leurs applications?

Le fait qu’ils rsistent de trs hautes tempratures, en plus de leurs proprits antiadhsives, les rend par exemple bien adapts pour des poles frire (Tflon). Ils sont aussi utiliss dans les mousses anti-incendies pour teindre des feux de ptrole ou impliquant des produits chimiques particuliers. Ils ont galement la capacit de repousser l’eau, les graisses et la poussire. On les retrouve donc dans les emballages alimentaires en papier et en carton. C’est aussi la raison pour laquelle ils sont utiliss dans le traitement des vtements outdoor comme impermabilisants. Ils sont aussi prsents dans les produits de beaut, dans des fonds de teint ou des mascaras rsistants l’eau. Mais galement dans des produits lectroniques comme les tlphones portables ou sur les panneaux solaires. Sur le plan industriel, ces substances sont utilises dans l’automobile et l’aronautique, mais galement dans l’extraction de gaz et de ptrole. Il y a tellement d’applications particulires qu’il est difficile d’en avoir une vue vraiment complte.

AE : Connat-on prcisment les dangers de ces composs?

On a beaucoup plus d’informations sur le profil toxicologique du PFOA et du PFOS que sur beaucoup d’autres composs de cette famille. On sait que ce sont de probables carcinognes, qu’ils ont des impacts sur les systmes hormonal (37028), immunitaire et reproductif. Pour des milliers d’autres, trs peu d’informations existent. Mais tant tous trs persistants, les risques de dpasser un seuil qui dclenche des effets nfastes sur les humains ou la vie sauvage augmentent forcment avec des missions continues. C’est a qui les rend extrmement proccupants.

AE : Quels sont les inconvnients de ces composs?

JS : Le point commun entre toutes ces substances, c’est qu’elles sont trs persistantes, ou se dgradent en d’autres PFAS eux-mmes trs persistants. Une fois dans l’environnement, elles vont se dgrader extrmement lentement. Elles sont l pour des dcennies, voire des sicles. Lorsqu’on continue les mettre, leur concentration dans un compartiment environnemental ne peut qu’augmenter ainsi que le risque de dpasser un seuil critique. Certains de ces composs sont par ailleurs mobiles dans l’environnement, en particulier dans l’eau. Cela va donc tre trs difficile de les filtrer. Beaucoup d’entre eux, en particulier les plus courts, chappent aux traitements de purification des eaux classiques. Et cela reprsente un risque pour la qualit de l’eau potable. Gographiquement, on les trouve partout, dans l’Antarctique, au sommet de l’Himalaya et des Alpes. Ils sont prsents dans tous les milieux: les sols, les eaux de surface et les eaux marines. Il y a donc un appel trs fort de la communaut scientifique pour adopter une approche prventive, pour arrter cette accumulation dans l’environnement et viter de se retrouver dans une situation aux consquences irrversibles.

AE : Que peut-on faire pour les sites pollus ?

JS : Il va falloir s’occuper des sites hautement contamins. Il y a des hot spots en Europe. Ce sont les lieux de production, comme dans la rgion de Venetto, en Italie, mais aussi les sites proches des aroports et des terrains militaires o les mousses anti-incendies ont t utilises. C’est une grosse source de contamination. Comme les composs sont assez mobiles dans l’eau, ils sont facilement lessivs et peuvent contaminer les nappes phratiques. Des actions de dcontamination sont dj en cours, en particulier pour les sols. Mais ce n’est pas toujours vident d’agir, en particulier quand l’eau est contamine. Un autre cas de contamination se trouve en Bavire, en Allemagne. Des pulpes de papier contenant des PFAS ont t pandues comme fertilisants sur les champs o ils ont contamin les sols et les cultures. Car certains ont aussi la proprit de s’accumuler dans les plantes.

AE : Pour d’autres, c’est dans les organismes ?

JS : Oui, certains d’entre eux sont bioaccumulables. Une fois l’intrieur de l’organisme, ils sont difficilement limins. On a trouv des PFAS chez pratiquement tous les gens tests par analyse sanguine aux quatre coins du globe. Une analyse amricaine a montr que 99% de la population avaient du PFOA dans le sang. En France, un rapport de l’Agence de scurit sanitaire (Anses) de 2019 a rvl que le PFOA et le PFOS avaient t dtects dans 100% des 744adultes et 249enfants tests.

AE : Comment peut-on mesurer le danger qu’ils reprsentent?

JS : Un indicatif est donn par les seuils d’exposition journalire (36131) recommands par l’Autorit europenne de sret des aliments (Efsa) dtermins par l’tat des connaissances scientifiques un moment donn. Pour le PFOA, la valeur tait de 1500ng/kg/j en 2008. En 2020, pour la somme de quatre PFAS, incluant le PFOA, le nouveau seuil est de 0,63ng/kg/j. Ce qui est plus de 2000fois moins. Il y a eu de nouvelles informations, notamment sur le fait que ces composs avaient des implications sur la rponse aux vaccinations de routine chez les enfants. Ils sont donc beaucoup plus nocifs que ce que l’on pensait quinze ans plus tt.

AE : Au-del des recommandations, existe-t-il des rglementations pour ces composs?

JS : L’tape qui suit est de fixer des limites de ce qui est acceptable comme taux de PFAS dans les aliments ou l’eau. L’enjeu est de se doter de rglementations qui couvrent beaucoup plus de composs que les seuls PFOA et PFOS. Dans le cadre de la rvision de la directive sur l’eau potable (36784), ont t adopts en 2020 des seuils acceptables de PFAS dans l’eau: 0,1g/l pour une somme de 20composs de la famille des PFAS et un seuil de 0,5g/l pour la somme de tous les PFAS. Mais ce dernier ne peut tre appliqu tout de suite car on ne sait pas pour l’instant analyser tous les PFAS d’un coup dans un chantillon.

AE : Quelle est la mesure prioritaire prendre?

JS : Au-del de fixer des limites d’exposition, l’enjeu est d’arrter d’mettre ces composs. On peut faire une analogie avec le plastique. Il faut fermer le robinet. Et la meilleure faon de le faire est de les interdire. La Convention internationale de Stockolm a reconnu les PFOS et les PFOA comme des polluants organiques persistants (35666) (POP’s). Ils sont persistants, bioaccumulables, toxiques et transports sur de longues distances. Ils ont t interdits de production et d’utilisation respectivement en 2009 et en 2019. Des drogations sont toutefois possibles avec des dates limites, notamment pour des utilisations dans les mousses anti-incendies. Les tats membres doivent dresser un inventaire des stocks, puis les dtruire. Mais certains pays, tels que les tats-Unis, ne sont pas signataires de la convention. Celle-ci a aussi interdit les PCB et le DDT et, bien que moins persistants que les PFAS, ils sont toujours prsents haute concentration, des dcennies aprs leur interdiction l’chelle mondiale. C’est un gros argument pour que l’on s’occupe immdiatement des PFAS.

AE : Quelles sont les initiatives l’chelle europenne?

JS : Une restriction d’utilisation, de production et de mise sur le march a t acte durant l’t sur les chanes longues de PFAS sur un groupe de 200composs chimiques travers le rglement Reach. Des discussions sont en cours sur d’autres groupes de PFAS. L’Agence europenne des produits chimiques (Echa) travaille galement sur une proposition de restriction des PFAS dans les mousses anti-incendies. Mais la vritable ambition est de restreindre tous les PFAS en un seul groupe. En 2019, cinq tats membres europens (Allemagne, Danemark, Sude, Norvge et Pays-Bas) ont fait une annonce en vue d’interdire toute la famille des PFAS (35461) dans toutes les utilisations non essentielles travers Reach. C’est important car, sur le plan mondial, Reach est souvent vu comme prcurseur. Ces pays doivent prsenter leur proposition en juillet2022. Il y a un an, a aussi t publie la Stratgie europenne sur les produits chimiques (36302), dont l’un des engagements est la restriction de tous les PFAS d’ici 2025. Elle prvoit aussi de travailler sur des standards pour les sols, l’eau potable, la nourriture et le traitement des dchets. L’enjeu est que la restriction soit la plus ambitieuse possible pour vritablement protger la population et l’environnement de l’exposition aux PFAS.

AE : Quelle est la position des industriels par rapport ces projets de rglementation?

JS : Il y a une claire conscience que quelque chose va venir. Les industriels de la chimie ont cr le groupe Fluorinated Products and PFAS for Europe, en juillet dernier, pour faire le lien avec les autorits, les ONG et les scientifiques. Par ailleurs, 50socits ont dj rejoint le mouvement Non aux PFAS lanc par l’ONG sudoise ChemSec, reconnaissant que les PFAS reprsentent un problme majeur pour la sant et l’environnement.

AE : Existe-t-il des exemples de restrictions l’tranger?

JS : Aux tats-Unis, en juillet dernier, l’tat du Maine a adopt une loi pour interdire toute la famille des PFAS dans les produits de consommation courante. C’est une premire sur le plan mondial. C’est au producteur de justifier une drogation ventuelle. Par dfaut, c’est interdit partout. plus petite chelle, en juillet2020, le Danemark a interdit tous les PFAS dans tous les emballages alimentaires (37652). Avec huit autres ONG, nous avons test des emballages de frites d’une mme marque prlevs en Angleterre, au Danemark et en Rpublique tchque. L’absence de PFAS dans les prlvements danois a montr que l’interdiction fonctionnait.

AE : Si on les interdit, quels sont les substituts aux PFAS?

JS : Une des raisons qui justifie aussi une restriction de tous les PFAS d’un coup, c’est d’viter ce qu’on appelle les substitutions regrettables. C’est–dire les cas o un PFAS est remplac par un autre qui s’avre tre lui-mme nocif. C’est ce qui s’est pass dans les dernires dcennies lorsque le PFOA et le PFOS ont t interdits. Il y a ce cycle infernal de substitution d’un PFAS par un autre qui ne s’arrte jamais. Je ne peux pas rpondre sur les solutions alternatives pour tous les produits et les applications mais, pour les emballages alimentaires, on a montr qu’un sachet de frites sans PFAS pouvait remplir la mme fonction. Des tudes ont t faites sur des alternatives avec des composs non nocifs qui paraissent prometteurs, et d’autres solutions sont dj sur le march pour les traitements impermabilisants ou les mousses anti-incendies par exemple. Mais il y a aussi un dbat important autour du concept d’utilisations essentielles. La question est de savoir si on a vraiment besoin d’un tel compos chimique dans un produit

Article publi le 21 octobre 2021

Share this article

Recent posts

Popular categories

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici